/lifestyle/family
Navigation

Attirez les insectes pollinisateurs dans votre jardin

CASA 0725 Fleurs et potager
Photo courtoisie, Albert Mondor Le bourdon est une grosse abeille recouverte d’une épaisse fourrure.

Coup d'oeil sur cet article

La contribution des insectes pollinisateurs en agriculture et en horticulture est considérable. La présence de ces insectes a une incidence directe sur le rendement de nombreuses cultures.

Ainsi, les abricots, les amandes, les cerises, les concombres, les courgettes, les fraises, les kiwis, les melons, les pêches, les pastèques, les poires, les poivrons, les pommes, les prunes, les tomates et les graines de tournesol sont produits grâce à la pollinisation effectuée par les abeilles et certains autres insectes. Certains scientifiques estiment que plus du tiers des fruits et légumes que nous mangeons sont produits grâce au travail des insectes pollinisateurs.

Plusieurs agriculteurs louent des ruches qu’ils installent près de leurs champs afin d’obtenir de bonnes récoltes.
Photo courtoisie, Pikist
Plusieurs agriculteurs louent des ruches qu’ils installent près de leurs champs afin d’obtenir de bonnes récoltes.

De nombreuses expériences portant sur la pollinisation ont été menées au Canada et ailleurs dans le monde. Dans le cadre de ces études, on a recouvert des fleurs de filets aux mailles très fines empêchant ainsi l’accès aux abeilles et on a placé des ruches à proximité. On a constaté que les plantes qui recevaient la visite des abeilles produisaient plus de fruits de meilleure qualité, car leurs ovules étaient tous ou presque tous fécondés. Les plantes dont les fleurs étaient recouvertes de filets portaient des fruits rabougris, car leurs graines ne parvenaient pas tout à fait à maturité.

Voici quelques conseils pour attirer les insectes pollinisateurs dans votre jardin et ainsi augmenter vos récoltes de fruits et de légumes.

1. Plantez des fleurs nectarifères

Si vous faites pousser des plantes comestibles dans votre jardin ou sur votre terrasse, il est pratiquement indispensable de les accompagner de végétaux dont les fleurs produisent du nectar – de l’eau sucrée dont se nourrissent de nombreux insectes. Ces fleurs attireront divers insectes pollinisateurs, ce qui permettra d’augmenter la quantité et la qualité des légumes et des fruits produits.

Le meilleur moyen d’attirer des insectes pollinisateurs dans votre cour est d’y aménager une platebande ou un jardin composé de végétaux dont les fleurs produisent du nectar et du pollen en abondance. Plus votre jardin
comprendra d’espèces végétales diverses, plus vous augmenterez vos chances de voir de nombreux insectes pollinisateurs le fréquenter.

Bien que plusieurs espèces de plantes à fleurs produisent du nectar et du pollen dont se nourrissent les abeilles et les bourdons, ce sont les végétaux de la famille des astéracées, comme l’achillée, le cosmos, l’échinacée, la rudbeckie et le tagète, qui sont les plus prisés par ceux-ci. Les végétaux de la famille des lamiacées, telles que l’hysope officinale, la menthe, la monarde, la marjolaine et la sauge attirent aussi beaucoup les insectes pollinisateurs. D’autre part, les plantes faisant partie de la famille des ombellifères, comme l’aneth, la coriandre et le fenouil par exemple, sont très appréciées par les syrphes.

Les syrphes sont d’excellents insectes pollinisateurs qui ressemblent aux abeilles. Ils ont toutefois une seule paire d’ailes,ne piquent pas et volent sur place comme des hélicoptères.
Photo courtoisie, Albert Mondor
Les syrphes sont d’excellents insectes pollinisateurs qui ressemblent aux abeilles. Ils ont toutefois une seule paire d’ailes,ne piquent pas et volent sur place comme des hélicoptères.

De plus, certaines études scientifiques ont démontré que les fleurs indigènes ne sont pas nécessairement plus appréciées que les fleurs provenant d’Europe ou d’Asie. Lorsque les fleurs d’une plante exogène produisent un nectar plus abondant et de meilleure qualité que des fleurs natives d’Amérique du Nord, les insectes pollinisateurs préfèrent butiner les premières.

En terminant, les plantes à fleurs doubles produisent généralement moins de nectar – ou pas du tout dans certains cas, puisqu’elles sont souvent stériles – que les variétés qui possèdent des fleurs simples.

2. Créez un hôtel pour les insectes

Hôtel pour les insectes
Photo courtoisie, Albert Mondor
Hôtel pour les insectes

Il est fort intéressant de fabriquer et d’installer un hôtel pour les insectes dans votre jardin. Il s’agit en fait d’une structure en bois ressemblant à une petite maison ou à une bibliothèque munie d’un toit dans laquelle sont disposés divers matériaux, tels que des bûches, des morceaux de bois ou de bambou creux, des écorces, des briques et des pots où les insectes peuvent se reproduire, se reposer ou encore passer la saison froide à l’abri.

Il est souhaitable d’intégrer à votre hôtel une vaste gamme de matériaux afin d’attirer diverses espèces d’insectes. Vous pouvez tout d’abord utiliser des bouts de tiges creuses de certains végétaux, tels que le bambou ou le roseau. Cela permettra d’attirer des abeilles solitaires, comme la mégachile.

Vous pouvez également installer des briques dont les orifices sont remplis de boue qui, une fois sèche, permettra à certaines espèces d’insectes pollinisateurs de creuser des galeries. De simples bûches percées de trous de diamètres variables (3 mm à 14 mm) permettent aussi de fournir des abris à diverses bestioles. Les trous ne doivent cependant pas transpercer la bûche de part en part.

Pour attirer les bourdons, rien ne vaut une petite boîte en bois vide percée d’un trou de 1 cm de diamètre et munie d’une planchette servant à l’atterrissage et à l’envol.

Assurez-vous finalement de disposer votre hôtel pour insectes sur un tuteur ou sur un mur bien exposé au soleil, orienté vers le sud ou l’ouest, et protégé des vents dominants par des arbustes ou des conifères.

Voici les étapes de la fabrication d’un hôtel pour les insectes :

  • Installez une planche qui servira de fond à votre hôtel et fixez-y des côtés et un toit.
  • Intégrez-y ensuite une vaste gamme de matériaux afin d’attirer diverses espèces d’insectes. Vous pouvez tout d’abord utiliser des bouts de tiges creuses de certains végétaux, tels le bambou ou le roseau.
  • Installez aussi quelques petites bûches percées de trous de diamètres variables (3 mm à 14 mm) permettant aussi de fournir des abris à diverses bestioles.
  • Vous pouvez y installer des briques aux trous remplis de paille et d’argile pour attirer les abeilles maçonnes. 
  • En terminant, il est recommandé d’installer votre hôtel pour insectes contre un tuteur ou un mur bien exposé au soleil et protégé des vents dominants. 

3. Parrainez une ruche

Quelques entreprises spécialisées en apiculture urbaine font la location de ruches. Cela permet d’une part de lutter contre le déclin des abeilles domestiques tout en éduquant la population aux bienfaits de ces insectes, à leur mode de vie et aux techniques d’entretien d’un rucher.

Si vous souhaitez devenir apiculteur urbain, il est très important de vous procurer une ruche auprès d’un apiculteur expérimenté qui se spécialise en apiculture urbaine afin de prévenir divers problèmes, dont l’essaimage, et surtout pour éviter qu’il y ait trop de ruches disposées dans un même endroit.

Si l’apiculture urbaine vous intéresse, il est important d’acquérir des connaissances de base sur la biologie de l’abeille et sur la gestion d’une colonie. Le meilleur moyen de vous familiariser avec les abeilles est assurément de suivre une formation sur l’apiculture et de vous joindre à une organisation apicole.

La pollinisation, comment est-ce que ça fonctionne ?

Le tournesol vivace figure parmi les plantes nectarifères les plus appréciées des insectes pollinisateurs.
Photo courtoisie, Albert Mondor
Le tournesol vivace figure parmi les plantes nectarifères les plus appréciées des insectes pollinisateurs.

Parce que les abeilles, les bourdons, les papillons et les syrphes se nourrissent principalement de nectar et de pollen, ceux-ci dépendent directement des fleurs. De façon réciproque, plusieurs plantes à fleurs ont également besoin des insectes pour assurer leur reproduction. En effet, pour se reproduire et se perpétuer, les plantes doivent faire en sorte que leurs éléments reproducteurs mâles – les grains de pollen – et leurs parties femelles – les ovules – se rencontrent. Cette rencontre s’avère parfois difficile lorsqu’une grande distance sépare deux plantes d’une même espèce.

Pour favoriser leur fécondation, les fleurs produisent des milliers, voire des dizaines de milliers de grains de pollen qui se déplacent à la rencontre des ovules, qui sont habituellement statiques. Une abeille qui butine quelques fleurs peut se couvrir en quelques minutes de milliers de grains de pollen. Même si le pollen peut être transporté par le vent, l’eau ou par certains animaux comme les oiseaux, les insectes demeurent les pollinisateurs les plus efficaces.