/portemonnaie/business
Navigation

Les marchés boursiers ont repris de la vigueur: que nous réserve le 3e trimestre 2020?

Le taureau de Wall Street, à New York, a été décoré d'un masque pour évoquer la pandémie de la COVID-19.
AFP Le taureau de Wall Street, à New York, a été décoré d'un masque pour évoquer la pandémie de la COVID-19.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier trimestre de l’année 2020, marqué par le krach du début de la crise entourant la COVID-19, restera longtemps dans notre mémoire et surtout celle de nombreux investisseurs. Que nous réserve désormais le troisième trimestre?

Maral Dolmadjian, CFA, une spécialiste des produits de placement chez Placements mondiaux Sun Life, a répondu à quelques questions sur les perspectives des marchés boursiers et de l’économie.*   

Est-ce trop tôt pour dire que les marchés boursiers reprennent de la vigueur? Quelle est la situation actuelle?

Les marchés boursiers mondiaux ont rebondi par rapport aux creux enregistrés le 23 mars, mais la plupart n’ont pas encore récupéré toutes les pertes subies. Seuls quelques titres du secteur de la technologie sont revenus à leurs sommets.

Le rebond que nous avons observé est lié à trois éléments.

- Les mesures à la fois monétaire et budgétaire sans précédent ont offert un soutien aux marchés. Les mesures de relance américaines ont notamment été un vecteur clé de la hausse des marchés boursiers à la fin du mois de mars.

- Une diminution de nouveaux cas quotidiens de la COVID-19 a été enregistrée dans plusieurs endroits dans le monde, particulièrement dans des pays plus développés.

- En lien avec cette diminution, la réouverture graduelle de l’économie dans plusieurs endroits du monde a donné de l’optimisme aux marchés.

Faut-il questionner le redressement actuel causé par la «reprise économique»?

Il existe de nombreux risques à la baisse, principalement liés à l’incertitude de la réouverture de l’économie, qui pourraient entraîner une baisse des marchés. Parmi ces risques, on compte une deuxième vague de contagion, des consommateurs prudents entraînant une demande moins forte et prenant plus de temps à revenir à la normale, des mises à pied temporaires devenant permanentes, des mesures de relance future qui pourraient être moins efficaces, des perturbations dans les chaînes d’approvisionnement, des faillites potentielles à la hausse, etc. La reprise des tensions entre les États-Unis et la Chine est un autre risque à la baisse à prendre en considération également.

Cela dit, il existe également des risques à la hausse qui pourraient mener les marchés à poursuivre leur tendance à la hausse, par exemple: des attentes pour de nouvelles mesures de relance (Don’t fight the Fed), des progrès médicaux (menant vers un traitement ou un vaccin contre le virus), et des sommes d’argent encore inutilisées notamment par les investisseurs institutionnels (qui restent à l’écart).

Y-a-t-il des secteurs, autres que les technologies, où il peut être bon d’investir actuellement?

Sans pouvoir donner de conseils financiers, voici ce que nous avons fait à l’intérieur de nos portefeuilles chez Placements mondiaux Sun Life. À l’intérieur de notre composante en actions, nous avons un biais envers les actions américaines et une préférence pour la gestion active.

À l’intérieur de notre composante en obligations, nous avons graduellement ajouté au risque de crédit et aux obligations à rendement élevé, des occasions à long terme, avec une préférence pour la gestion active.

Inversement, y-a-t-il des secteurs envers lesquels il faut user de prudence?

Nous avons choisi de sous-pondérer les actions canadiennes, puisque nous croyons qu’il existe plusieurs obstacles liés à:

- L’endettement élevé des consommateurs (même avant la pandémie)

- Le marché de l’habitation 

- Le secteur de l’énergie (et la faiblesse des prix du pétrole) 

D’un point de vue économique, le pire est-il derrière nous? Des rechutes éventuelles de la pandémie pourraient-elles avoir un impact pire que ceux du printemps dernier?

D’un point de vue économique, nous croyons que la reprise pourrait prendre la forme d’un W. Nous avons déjà connu la première baisse, cette forte chute de l’activité économique avec les fermetures des économies et la paralysie presque totale de certains secteurs.

Nous sommes maintenant au stade où les mesures de relance des gouvernements et une demande soutenue des consommateurs peuvent stimuler l'activité économique à court terme. 

Cependant, à un certain point, les gouvernements pourront réduire ou supprimer les mesures de relance et les paiements différés devront être remboursés, ce qui pourrait entraîner un ralentissement de l'activité économique avant d'arriver à une reprise progressive. Nous ne pensons toutefois pas que cette deuxième baisse d'activité économique sera plus importante que la première.

Si la pandémie connaît une deuxième vague, on peut se demander si cela entraînera un autre confinement global ou bien des mesures plus localisées ou ciblées. Un reconfinement global aurait bien sûr un impact plus important sur l'activité économique.

*Les opinions exprimées concernant une société donnée, la sécurité, l’industrie ou des secteurs du marché ne doivent pas être considérées comme une indication d’intention de réaliser des opérations visant un fonds de placement géré par Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. Elles ne doivent pas être considérées comme des conseils de placement ni comme des recommandations d’achat ou de vente. 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux