/finance/business
Navigation

Des soins virtuels du genou grâce à une entreprise d’ici

Du Super Bowl à la COVID-19, la montréalaise Emovi prouve l’utilité de sa « genougraphie »

Dr Luc Marengère
Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin Le Dr Luc Marengère présentant la technologie KneeKG qui permet aux professionnels de la santé de voir exactement comment un genou fonctionne.

Coup d'oeil sur cet article

Une entreprise québécoise est en voie de révolutionner les soins médicaux du genou grâce à sa nouvelle technologie conçue ici et adoptée par le footballeur Laurent Duvernay-Tardif et un nombre grandissant d’athlètes.

Depuis deux ans, la montréalaise Emovi inc. vit une croissance accélérée grâce à plusieurs rondes de financement, qui lui ont permis de lancer la commercialisation de sa technologie « KneeKG » à plein régime.

Le KneeKG est au genou ce que l’électrocardiogramme est au cœur, explique en entrevue au Journal le Dr Luc Marengère, partenaire chez TVM Capital et membre du conseil de gestion d’Emovi. 

« Cette “genougraphie” montre exactement comment le genou fonctionne. »

« On met un simple capteur sur le genou, on prend une marche sur un tapis roulant et les caméras de la compagnie, placées de chaque côté du genou, captent avec précision le mouvement mécanique et le contexte dans lequel se fait le mouvement (flexion-extension, rotation interne et externe et abduction-adduction), pendant que le patient marche sur le tapis roulant conventionnel », explique le scientifique et investisseur.

Comme l’image est prise pendant que le patient est en mouvement, on arrive à voir plusieurs éléments qui seraient invisibles dans des images obtenues par rayons X et par résonance magnétique, alors que le patient est dans une position statique.

Toutes les pièces du dispositif sont par ailleurs fabriquées au Québec, sauf une.

Une fois cette petite marche sur le tapis roulant complétée, le professionnel de la santé peut ensuite préparer un plan de soins à l’aide du module thérapeutique d’Emovi. 

« On évite ainsi d’aller jouer dans le genou si ce n’est pas nécessaire, parce qu’une chirurgie peut être coûteuse et invasive. On risque de créer des dommages, des tissus cicatrisés », dit le Dr Marengère.

Le joueur de football Laurent Duvernay-Tardif qui est aussi médecin et porte-parole de l’entreprise Emovi inc.
Photo d'archives, Stéphane Cadorette
Le joueur de football Laurent Duvernay-Tardif qui est aussi médecin et porte-parole de l’entreprise Emovi inc.

À la rescousse pendant la pandémie

En raison de la pandémie, plusieurs opérations de genou ont également été retardées ou annulées, pendant que les hôpitaux étaient débordés avec la COVID-19. 

La « genougraphie » a entre-temps permis aux patients de retrouver un certain confort et de mieux se préparer en attendant leur chirurgie. 

Emovi inc. a également multiplié les efforts pour que la genougraphie devienne encore plus disponible pour les patients. Les négociations avec le ministère de la Santé et des Services sociaux sont toujours en cours pour que celle-ci devienne accessible dans le système public. 

En plus du réseau médical privé québécois, cette technologie est disponible dans plus de 45 cliniques dans sept pays, et a permis à des milliers de patients de retrouver un certain confort.

Aide aux athlètes

Parmi eux se trouve le joueur de football et premier Québécois à gagner un Super Bowl, Laurent Duvernay-Tardif.

Le KneeKG aurait en effet permis à M. Duvernay-Tardif de mieux diagnostiquer ses blessures au genou, et de se remettre de ses blessures plus rapidement. 

« Les données supplémentaires fournies à ses médecins grâce à cette technologie lui ont permis de se rendre au Super Bowl 2020 et de remporter la victoire », soutient l’entreprise, qui peut maintenant compter sur le joueur évoluant au poste de garde à titre de porte-parole. 

« Grâce aux résultats de la genougraphie, j’ai intégré à mon programme d’entraînement le programme thérapeutique spécifique recommandé. Cela a été très efficace et (j’ai été) de retour sur le terrain sans douleur au genou », expliquait l’athlète et médecin l’automne dernier. 

Emovi inc.

  • Fabrique des appareils médicaux pour l’évaluation des articulations comme le genou.
  • En partenariat avec la communauté de recherche universitaire québécoise, donc le Centre de recherche du CHUM et l’École de technologie supérieure (ÉTS), Emovi a développé le KneeKG, une sorte d’électrocardiogramme du genou.
  • La technologie est disponible dans 45 cliniques et sept pays.
  • Toutes les pièces sont fabriquées au Québec, sauf une.