/opinion/columnists
Navigation

Il m’a bien eu

Coup d'oeil sur cet article

Je me suis encore fait avoir comme un enfant d’école. Quand Justin est arrivé dans le portrait, il y a une dizaine d’années, c’était sympathique, avec sa belle gueule beaucoup plus charmante que celle de son père qui, fleur à la boutonnière, avait tout de même ensorcelé le pays trente ans plus tôt. Déjà, au pouvoir, Harper ne faisait pas une mauvaise job, mais Justin arrivait avec une belle petite image cool incarnant le nouveau libéral aux idées contemporaines. Près du peuple, qu’il aimait côtoyer en jeans avec ses beaux yeux bleus séducteurs, ses tatouages et les manches retroussées. Jeune quarantaine, tellement cool, il allait légaliser le pot, imaginez.

On se sentait loin de Ti-Jean Chrétien, ti-Paul Martin ou de la famille Ouellet au poste. Rien n’est parfait, et ses mascarades, de l’Inde à l’Halloween,
révélaient une inexpérience comique. C’était Justin--- et, dans le fond, c’était beaucoup moins grave que la corruption, la compromission des anciens régimes. Même quand Justin s’est fait brasser le canayen par Donald Trump, c’était correct. Trump n’a pas de crédibilité.

LE NATUREL

Tout doucement, mais sûrement, le vent a tourné et, au petit trot, est revenu le naturel. Vite, on a compris que le projet de légalisation de la mari était non seulement planifié depuis longtemps, mais en plus, par les anciens du parti, dont plusieurs étaient déjà en poste comme producteurs. Une sorte de lien surprise entre papa et fiston, tout comme ces vacances princières de Sophie, Justin et les enfants chez Aga Khan, un vieil ami de la famille. Ah bon !

Justin nage comme un grand maintenant, comme il l’a montré dans le dossier de SNC-Lavalin, dont plus personne ne parle aujourd’hui. 

On le croyait vraiment dépassé par l’imprévisible pandémie, mais il s’est vite tracé une entrée d’urgence avec une extraordinaire traite générale de chèques pour tout le monde.

Plusieurs économistes ont encore la bouche ouverte et se demandent comment on va s’en sortir... si on s’en sort.

Et voilà qu’arrive WE Charity. Ça sent mauvais, très mauvais. Machiavel n’a jamais quitté la scène.

Il donne de l’argent au peuple, il est donc normal qu’il graisse aussi maman, la famille et les amis. Et tout redevient normal... comme avant, quoi. 

Il m’a bien eu, le Justin.

ET LE RESTE

  • WE Charity commence par soi-même, sa mère, son frère, son ministre, sa famille et après... y reste pu une cenne.
  • Lu sur Facebook : « Celui qui m’invite dans un bal masqué, je lui casse la gueule. »
  • Un joueur de baseball s’étouffe en faisant une balloune dans son masque.
  • Mot d’enfant : Y fait chaud parce qu’on est en période de clavicule.
  • Vous ne trouvez pas qu’à la SAQ, on abuse des contribuvables ?
  • Aux matches du Canadien la semaine prochaine, j’ai hâte de voir la première étoile lancer les rondelles dans les bancs vides.
  • Cuisiner sur le BBQ. Quelle belle façon de joindre l’utile à la grillade.

Demain peut-être. Aux Sports, c’est sûr !