/news/politics
Navigation

La mère de Trudeau a voyagé avec WE Charity

Elle s’est rendue au Kenya, tout comme la famille du ministre Bill Morneau

WE Charity-Former Prime Minister of Canada Kim Campbell- Margare
Photo courtoisie, WE Charity Margaret Trudeau (à gauche), le cofondateur de WE Charity, Craig Kielburger, la première dame du Kenya, Margaret Kenyatta, et l’ex-première ministre du Canada Kim Campbell lors de l’inauguration d’un collège WE.

Coup d'oeil sur cet article

La mère de Justin Trudeau a elle aussi voyagé avec WE Charity au Kenya. C’est ce qu’a appris Le Journal au terme d’une autre semaine de révélations en lien avec un scandale qui menace maintenant de faire tomber le gouvernement fédéral minoritaire.

• À lire aussi: Ottawa et WE Charity dansent la valse des millions

• À lire aussi: Bill Morneau s’est fait offrir deux voyages par WE Charity

• À lire aussi: Scandale WE Charity: plusieurs liens entre l’organisme et le gouvernement Trudeau

• À lire aussi: WE Charity aurait transmis des données personnelles de jeunes

« La célébration d’aujourd’hui a rempli mon cœur d’espoir et de joie », lançait Margaret Trudeau le 17 juillet 2019 en compagnie du cofondateur du mouvement WE, Craig Kielburger.

La mère du premier ministre canadien était invitée « honoraire » à l’inauguration d’un collège WE où des jeunes filles sont notamment formées pour recevoir un diplôme en tourisme.

WE Charity-Former Prime Minister of Canada Kim Campbell- Margare
Photo courtoisie, WE Charity

C’est aussi au Kenya que l’épouse et la fille du ministre des Finances, Bill Morneau, ont été invitées en juillet 2017. Le ministre n’a remboursé ce voyage, ainsi qu’un autre en Équateur, que cette semaine.

WE Charity n’a pas répondu au Journal, qui a tenté de savoir qui a payé le voyage africain de Margaret Trudeau.

Dans la brousse

Ce périple s’est déroulé en bordure de la réserve nationale du Masaï Mara, située en pleine brousse, à plus de 200 km de la capitale kenyane, Nairobi.

L’endroit est reconnu pour ses safaris et ses expéditions touristiques de luxe, dont celles organisées par une des filiales du mouvement WE, ME to WE.

C’est dans cette région, qui attire les riches touristes de toute la planète avides de savanes et de selfies avec les éléphants, que le mouvement WE mène ses activités kenyanes depuis maintenant 20 ans.

WE Charity a expliqué plus tôt cette semaine qu’offrir des voyages gratuits aux donateurs potentiels est une pratique courante qui rapporte gros.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

« Après leurs voyages, les donateurs donnent des dizaines de millions de dollars pour améliorer directement les vies de centaines de milliers de bénéficiaires », a déclaré l’organisme.

Rien n’avait fait dérailler ce système de financement bien huilé jusqu’à ce qu’Ottawa offre à WE de lui verser 43,5 M$ pour administrer 900 M$ en bourses pour le bénévolat étudiant.

Avant cela, entre 2015 et 2019, le fédéral lui avait déjà signé des chèques totalisant plus de 5,3 M$.

Menaces d’élection

Hier, c’en était trop pour l’opposition. Le Bloc Québécois a menacé de faire tomber le gouvernement dès le retour en Chambre en septembre, si Justin Trudeau et Bill Morneau ne démissionnent pas d’ici là.

Le Parti conservateur a lui aussi demandé la démission des deux politiciens, sans toutefois appeler clairement à un scrutin.

Le chef conservateur Andrew Scheer a indiqué qu’il reviendra à son successeur, qui sera connu à la fin de l’été, de décider de « la stratégie à venir ».

- Avec la collaboration de Sarah Daoust-Braun

Ouvrir la porte des écoles aux grandes marques  

Le mouvement WE sert de porte d’entrée aux grandes corporations dans plus de 10 000 écoles en Amérique du Nord et au Royaume-Uni.

L’organisation fournit « des trousses d’activités pédagogiques et des ressources éducatives » commanditées au personnel enseignant et aux élèves.

Les conférences de WE diffusées dans les écoles et ses gigantesques spectacles WE Days sont aussi largement commandités.

Les jeunes qui participent aux programmes de WE sont 1,6 fois à 3,5 fois plus susceptibles que les autres de voir les marques qui commanditent l’organisme d’un bon œil, d’après un sondage produit par Mission Measurement au bénéfice de WE, dont Vice a obtenu copie.

Microsoft, Allstate et Walgreens sont ainsi perçues comme « pertinentes », « cool » et « de confiance ».

Données personnelles

En adhérant aux programmes de WE, les jeunes fournissent une série de données personnelles, comme leur nom, leur âge, leur adresse électronique, et même des numéros de cartes de crédit s’ils achètent un produit WE, et leur numéro de passeport s’ils font un voyage avec WE.

Cette semaine, la recherchiste Vivian Krause a déclaré devant le comité des communes sur les finances qu’elle soupçonnait WE de partager ces données personnelles avec des tiers en échange de généreuses commandites.

« WE Charity n’a jamais partagé sa base de données avec un parti politique ou un groupe corporatif », a répliqué l’organisme.

Dans sa politique de protection des renseignements personnels, on peut lire : « nous ne vendrons ou louerons vos informations personnelles à personne ».

Toutefois, on y lit également : « nous donnons vos informations à des personnes et compagnies qui nous aident à fournir, comprendre et améliorer les services que nous offrons ».