/misc
Navigation

Là où foisonnent de gros salmonidés

Chronique Campeau 0725
Photo courtoisie Le capitaine Luc Brunet accueille, chaque année, de nombreux pêcheurs qui souhaitent capturer de beaux poissons comme ceux-ci.

Coup d'oeil sur cet article

Quand on va à la pêche, on espère prendre plusieurs poissons ainsi que de beaux spécimens.

Le Québec est un éden quasi surnaturel avec ses 3,6 millions de plans d’eau et la qualité de pêche qu’il propose. On y retrouve plus d’une centaine d’espèces qui ne demandent pas mieux que de faire arquer nos cannes au maximum. Il y en a vraiment pour tous les goûts et toutes les bourses.

Chaque année, des milliers de Québécois, en quête de sensations fortes, effectuent un pèlerinage annuel de 36, 48 ou 72 heures chez nos voisins ontariens pour y affronter quelques espèces combatives qu’on ne retrouve pas dans nos eaux. Ils retiennent les services de l’un des très nombreux guides francophones de chez nous qui s’y expatrient pour une bonne partie de l’été avec leur embarcation.

Le lac Ontario est une vraie mer intérieure. Il mesure 310 km de longueur par 85 de largeur. 

Bien que plusieurs adeptes s’y rendent avec leur bateau personnel pour y tenter leur chance, il est important de se rappeler que cette immense nappe peut se déchaîner et occasionner des eaux incroyablement tumultueuses.

Les destinations les plus prisées par les amateurs et les charters sont Cobourg, Port Hope, Withby, Bowmanville, Darlington ainsi que plusieurs autres endroits.

Port d’attache

Luc Brunet de St-Amable guide sur ce majestueux plan d’eau depuis 1988. Pour assurer un certain niveau de confort et de sécurité à sa clientèle, il a fait l’acquisition d’un bateau Baha Cruiser de 30 pieds tout équipé avec des francs-bords élevés. Le Fish On, comme il l’a baptisé, est amarré au quai du port Darlington.

Il a choisi de s’y établir trois mois par année, jusqu’à la mi-septembre, à cet endroit précis, car la rivière Bowmanville Creek, bordant le site, est l’hôte, chaque automne, d’une montaison de plus de 16 000 chinooks, cohos, steelheads, etc. Les poissons cohabitent dans les environs tout au long de l’été. M. Brunet n’a donc pas à s’éloigner très loin des rives pour permettre à ses invités de faire de belles captures. 

Il dépasse rarement les limites de Bowmanville. Les personnes incommodées par le mal de mer se font moins brasser qu’au large et doivent consommer moins de Gravol ou de Transderm V.

Pour contrer la COVID-19 et rassurer tout un chacun, Luc se fait un devoir de désinfecter la coque, les toilettes et tous les équipements entre chaque excursion. 

Il met aussi du Purell et du savon à la disposition des passagers.

« La proximité à de bons restaurants, aux hôtels, aux centres d’achat et aux attraits touristiques rend cet emplacement encore plus attrayant », expliquait ce capitaine accrédité par Transport Canada.

espèces variées

Bien qu’il soit possible de combattre des touladis, des saumons atlantiques et des truites brunes, le guide Luc Brunet concentre davantage ses efforts sur les autres salmonidés.

En exploitant à la traîne des cuillères Williams, Moonshine, Stinger, Arc-en-ciel ou des attracteurs Spin Doctor, Coyote, Lure Jensen suivi d’une mouche tube, il capture habituellement des chinooks de 7 à 11 kg (15 à 24 lb), des cohos de 2,2 à 4,5 kg (5 à 10 lb) et des steelheads de 3 à 5,5 kg (7 à 12 lb). Ses records personnels, pour ces poissons respectifs, sont de 16,6 kg (36lbs), 6,8 kg (15 lb) et 21 lb (9,5 kg). Ses présentations sont entraînées vers les abysses avec des downriggers, du fil lests ou des plaques de plongée.

Forfaits

Peu importe l’offrande, Luc favorise grandement les versions UV ou luminescentes qui amplifient les teintes. Il s’assure de les faire nager dans la colonne d’eau à une vitesse de 2,8 à 3,6 km/h (1,75 m/h et 2,25 m/h) et à une profondeur où la température se situe entre 10 à 15 degrés selon l’espèce visée.

Pour vous rendre sur place, de Montréal, il suffit d’emprunter la 401 jusqu’à la sortie 432. Il faut compter un peu plus de cinq heures de route pour accéder à ce site poissonneux.

Les pêcheurs peuvent opter pour une excursion de jour, qui se déroule entre 5 h 30 et 14 h ou de soir, entre 16 h à 20 h 30. Le capitaine du Fish On propose même des combinés sur mesure d’une journée et demie et plus.

Le forfait le plus populaire est pour quatre manieurs de canne à environ 215 $ par personne. Les amateurs de 18 à 65 ans doivent se procurer un permis de pêche journalier au montant de 17 $ chez Sail ou chez Gagnon, à Oshawa.

Pour votre excursion, vous devrez apporter votre lunch, vos breuvages, votre crème solaire, un appareil photo et une grosse glacière pour rapporter à la maison vos prises qui auront été filetées et ensachées par le guide.


Pour en savoir plus, composez le (514) 290-4878 ou visitez le www.servicedeguide.com.