/lifestyle/family
Navigation

Construire son royaume

Coup d'oeil sur cet article

Il y a toujours un aspect franchement amusant et stimulant à construire quelque chose. On n’a qu’à prendre l’exemple des blocs LEGO pour s’en convaincre.

Mais nous ne vous parlerons pas de construction d’édifices, nous allons plutôt nous intéresser à la construction de royaumes et de villes.

Et comment le ferons-nous ? En plaçant des tuiles. La mécanique de placement de tuiles est très populaire, et avec raison.

D’abord, le jeu est évolutif et chaque partie est très différente. Il faut s’adapter à l’allure que prend le tableau devant nous. Il faut penser à sa stratégie tout en tentant de bloquer celles de nos adversaires, et surtout, ce sont des jeux où notre tour revient rapidement, de sorte qu’il y a peu de temps morts. 

Kingdomino

Photo courtoisie
  • 2 à 4 joueurs
  • 8 ans +
  • 15-20 minutes

Voilà un autre jeu signé Bruno Cathala, qui est l’un des auteurs les plus prolifiques des vingt dernières années. Le principe est fort simple : il faut construire le royaume qui va rapporter le plus de points et il doit tenir dans un carré de cinq par cinq.

Comment ça fonctionne ? Toutes les tuiles sont numérotées sur leur endos, et sur leurs faces on retrouve divers types de terrains. Au début du jeu, on sélectionne au hasard quatre tuiles que l’on va classer en ordre croissant et retourner pour dévoiler les terrains. Chacun leur tour, les joueurs vont placer la tuile qu’ils auront sélectionnée dans leur royaume et en choisir une nouvelle. L’ordre du jeu du tour suivant sera déterminé par la valeur de la tuile choisie.

Pour faire des points, il faut obtenir les tuiles sur lesquelles figurent des couronnes. Et, pour placer les tuiles, il faudra que des terrains similaires se touchent ou encore que l’on puisse se rattacher à la tuile château.

À la fin de la partie, on fait le décompte des points pour chacun des types de terrains. C’est-à-dire qu’on multiplie le nombre de couronnes sur chaque type de terrain par le nombre de cases du type de terrain en question.

Le château n’a pas besoin d’être centré, mais s’il l’est, vous aurez droit à des points bonis. Ça sera aussi le cas si vous parvenez à placer toutes vos tuiles.

Il existe également une version à deux joueurs que l’on appelle le grand duel, qui consiste à créer un royaume de sept tuiles par sept et qui représente un défi fort intéressant.

Carcassonne

Photo courtoisie
  • 2 à 5 joueurs
  • 7 ans +
  • 30-45 minutes

C’est le jeu de placement de tuiles qui a défini le genre il y a vingt ans avec un concept fort simple : créer une ville à partir de petites tuiles carrées sur lesquelles on retrouve des bouts de villes, de routes ou des abbayes.

Il existe plusieurs variantes, mais dans sa forme la plus pure, chaque joueur possède une tuile en main et doit la placer à son tour de jeu, et elle doit toucher le côté d’au moins une autre tuile. Il faut également respecter les règles de pose, c’est-à-dire qu’il faut que les bouts de villes se touchent de façon conséquente et qu’une route ne peut pas se retrouver au milieu d’un pré, elle doit se connecter à une autre route ou pointer vers le vide.

Ensuite, le joueur pourra poser un partisan sur sa tuile. Il pourra ainsi s’installer dans une ville, pour autant que celle-ci soit inoccupée, il pourra s’approprier une route s’il n’y a pas d’autre partisan dessus, il pourra placer son meeple sur une abbaye qui lui vaudra neuf points quand celle-ci sera entourée de tuiles, ou il pourra placer son partisan dans un pré si celui-ci est vide. En fin de partie, les prés rapporteront des points selon le nombre de villes qu’ils desservent.

Le principe est donc très simple, mais pour bien jouer, il faut prendre son temps et jouer autant pour soi que pour contrer les autres joueurs.

Par exemple, il est tout à fait possible de placer une tuile sur laquelle il y a un bout de ville et y placer son partisan tout en s’assurant que cette tuile se trouve tout près d’une ville contrôlée par un adversaire, faisant en sorte qu’en plaçant une autre tuile pour réunir les deux, vous avez alors une présence dans la ville. Lorsque la ville sera complétée, c’est le joueur majoritaire qui fera les points. En cas d’égalité, les deux joueurs amasseront le total des points et le même principe s’applique aux prés.

Ce jeu compte une foule d’extensions qui sont même réunies dans une « Big Box », de sorte qu’on peut renouveler son expérience à souhait. 

Ile of Skye : De laird à roi

Photo courtoisie
  • 2 à 5 joueurs
  • 8 ans +
  • 30-50 minutes

Dans ce jeu à la thématique écossaise, cinq clans s’affrontent pour assurer leur suprématie sur l’île de Skye.

Directement inspiré de Carcassonne, il offre toutefois des différences dans sa mécanique en ajoutant des tuiles de pointages qui vont varier les façons de faire des points d’une ronde à l’autre.

On ajoute également un élément de marchandage puisque les joueurs vont choisir leurs tuiles avec une enchère, ce qui ajoute un élément de gestion financière, puisque sans argent, on pourra difficilement mettre la main sur la tuile que l’on convoite.

Lors de chaque tour, les joueurs placent deux tuiles devant eux et établissent le prix de vente. Il est tentant de fixer un prix élevé, mais si personne n’achète vos tuiles, vous allez devoir les payer de votre poche et les garder. Il faut donc trouver le juste équilibre et être en mesure d’évaluer ce qui suscitera la convoitise des autres joueurs.

En fin de partie, ce n’est pas le joueur qui aura le plus d’argent qui gagnera, mais celui qui aura su bâtir le meilleur royaume qui l’emportera.