/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Des séquelles de la COVID-19, trois mois après sa guérison

Coup d'oeil sur cet article

Un des premiers policiers de Montréal à avoir contracté la COVID-19 subit encore les séquelles de la maladie, près de quatre mois plus tard. 

• À lire aussi: 650 000 morts dans le monde: tous les développements de la pandémie de COVID-19

Edgar Guillen, patrouilleur dans le métro de Montréal, a été déclaré positif au coronavirus au début du mois d’avril.

Atteint d’une forme grave, il a été hospitalisé peu de temps après.

«Je me suis rendu aux soins intensifs. J’ai été deux semaines au combat. J’ai suivi un traitement très, très fort [...]. Ça m’a "ramassé" vraiment, aux urgences, aux soins intensifs», a-t-il expliqué en entrevue à TVA Nouvelles.

M. Guillen poursuit sa convalescence à la maison depuis deux mois maintenant. Il dit garder encore des séquelles physiques, mais aussi psychologiques.

«Quand on se réveille du combat et qu'on se rend compte de ce qu'on a traversé, qu'on se rend compte de ce qu'on a... Moi, j'ai fait une embolie pulmonaire. C'est sûr que quand on se rend compte qu'on a des caillots dans ses poumons et qu'il peut y avoir des caillots un peu partout dans son corps, on devient anxieux, on a peur», a-t-il confié.

L’homme remercie Dieu et tout le personnel qui l'a soigné au Centre universitaire de santé McGill.

Et il tient à lancer un appel aux Québécois: «S'il vous plaît, faites attention, ce n'est pas une petite grippe.»

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.