/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Le cardinal Lacroix déçu par la Santé publique

L'archevêque de Québec, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix.
Photo d'archives, DIDIER DEBUSSCHÈRE L'archevêque de Québec, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix.

Coup d'oeil sur cet article

L'archevêque de Québec, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, a critiqué, dimanche, le manque d'écoute du gouvernement et de la Santé publique en lien avec la réouverture des lieux de culte de la province.

Mgr Lacroix a rappelé, dans une déclaration publique faite à la suite d'une messe à la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré dimanche, que les leaders des principales communautés religieuses du Québec avaient uni leurs efforts pour tenter de faire entendre leurs préoccupations au gouvernement. Les lieux de culte avaient proposé des protocoles pour pouvoir reprendre leurs cérémonies en temps de COVID-19, tout en respectant les règles sanitaires.

«Malheureusement, nous devons constater qu’il y a eu peu ou pas de reconnaissance de tous ces efforts. [...] Cela me laisse l’impression que les autorités gouvernementales ne nous prennent pas au sérieux et qu’ils veulent ignorer notre existence», a dénoncé l'ecclésiastique.

Selon lui, l'Église a dû se contenter de communiquer avec des tiers et n'a pu avoir accès aux responsables gouvernementaux et de la Santé publique.

«Alors que la vente d’alcool et de cannabis a été jugée un service essentiel tout au long de la pandémie, les communautés de foi, que nous pouvons certainement considérer [comme] un service essentiel à la communauté, ont été pratiquement ignorées. Même les casinos ont obtenu avant nous le droit d’accueillir 250 personnes», a déploré l'homme d'Église.

Le cardinal Lacroix a accusé le gouvernement de laisser en plan les croyants. «Comprenez-moi bien: nous ne réclamons aucun privilège du gouvernement», a-t-il assuré en ajoutant que les croyants ont «le droit d’être considérés avec respect et non ignorés ou relégués à l’item VARIA», en référence au fait que les lieux de culte se sont retrouvés au dernier rang du plan de déconfinement du Québec.

«De grâce, laissez-nous respirer! Nos preuves sont faites. Depuis quatre mois, nous nous sommes montrés de très bons collaborateurs. N’abusez pas de notre patience et cessez d’ignorer notre existence et notre sens des responsabilités», a lancé Mgr Lacroix à l'attention du gouvernement.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.