/opinion/columnists
Navigation

Le luxe d’être contre

Coup d'oeil sur cet article

Vous remarquerez une chose concernant les gens qui manifestent contre l’obligation de porter un masque. Il s’agit manifestement de personnes qui sont en bonne santé.

Ainsi, jamais n’a-t-on entendu, à moins que ça m’ait échappé, des gens dire la chose suivante : «J’ai eu la COVID, je m’en remets tout juste en fait, et vous pouvez me croire sur parole : rien de pire qu’une grippe!» Les gens qui sont contre le port du masque n’y croient même pas, en fait, à la COVID.

Savoir figé

Aussi, rares sont les gens qui manifestent qui semblent avoir un enfant diabétique : «Je suis capable de protéger mon enfant moi-même, c’est pas la job de la société. Les ti-poux doivent apprendre à se renforcir avec une bonne alimentation!» 

Je n’ai pas entendu non plus une personne vivant avec un conjoint en chimiothérapie déclarer : «Ce ne sont que les plus faibles qui doivent être protégés de la maladie. L’économie ne devrait pas ralentir pour eux.»

De même, il semble y avoir très peu de travailleurs de la santé dans les manifs. Pas de préposés aux bénéficiaires qui disent que la COVID est un complot.

Plusieurs disent que la preuve que le masque est inefficace, c’est que le gouvernement ne le recommandait pas en mars. On comprend qu’ils ne diront pas la même chose si la science confirme un jour l’efficacité de la chloroquine et qu’on en recommande soudain l’utilisation. Il y a du monde pour qui c’est dur de comprendre que la science est une discipline en évolution, davantage qu’un savoir figé.

Il y avait une bonne raison d’être contre l’obligation de porter le couvre-visage et c’était l’anticipation du désolant spectacle de ces manifestations. 

Maintenant, porter le masque, tout le monde hait ça. Ce qui sépare encore ceux qui le font de ceux qui ne le font pas, c’est le luxe de ne pas avoir à se soucier de ceux qui sont vulnérables à la maladie. 

Il y a des gens, la plupart du monde en fait, pour qui ça n’existe juste pas.