/finance/pme
Navigation

Mettre la table pour la croissance

Julie Blais a réalisé son rêve en créant une entreprise spécialisée dans les nappes éducatives et ludiques

La fondatrice de BiMoo, Julie Blais, en compagnie de son fils Antoine, attablés devant une des nappes de BiMoo, une entreprise de la capitale nationale.
Photo Jean-François Desgagnés La fondatrice de BiMoo, Julie Blais, en compagnie de son fils Antoine, attablés devant une des nappes de BiMoo, une entreprise de la capitale nationale.

Coup d'oeil sur cet article

Julie Blais travaillait en comptabilité depuis 15 ans quand elle a décidé de fonder son entreprise, BiMoo, qui conçoit des nappes éducatives et ludiques. Elle célébrait la première année d’existence de sa boutique en ligne lorsque la crise de la COVID-19 a frappé au Québec. Elle a craint la catastrophe, mais elle a plutôt vu une explosion des ventes.

« Entre la mi-mars et la fin avril, j’ai enregistré une croissance de 309 % de mon chiffre d’affaires, raconte l’entrepreneure. Les parents ont cherché des activités pour leurs enfants confinés à la maison. Il y a eu un réel engouement pour nos nappes à colorier, qui aident au développement du langage et à l’acquisition de vocabulaire. »

Elle a eu l’idée de créer ces nappes pour aider sa propre famille à traverser l’heure du repas. 

« Mon fils de 22 mois ne voulait pas toujours manger ce qu’on lui offrait. C’était souvent la bataille pour qu’il avale au moins quelques bouchées. Jusqu’au jour où j’ai remarqué qu’il portait de l’intérêt pour les dessins d’insectes qui ornaient la nappe. » 

Devenir son propre patron

« Comme il était concentré à les regarder, il mangeait son repas sans faire d’histoire. De là est née l’idée de créer des nappes aux motifs différents pour divertir les enfants et me lancer en affaires », explique Julie Blais, qui rêvait depuis longtemps d’être son propre patron.

« Je suis une autodidacte qui a un besoin constant de défis au travail. Aujourd’hui, je suis bien servie », lance-t-elle en riant.

Elle a fait les choses dans l’ordre. Elle s’est inscrite à une formation en lancement d’entreprise et consacrait ses quelques temps libres au développement de son produit. 

Point de rupture

En mars 2019, elle était fin prête à lancer sa boutique en ligne. Elle ne s’était toutefois pas encore résolue à quitter son emploi.

« J’ai cumulé les deux jusqu’à ce que j’atteigne un point de rupture. À l’été, j’ai donné ma démission. J’étais mûre pour cette décision. C’était la chose à faire pour amener BiMoo là où je le voulais. »

Elle a eu l’appui indéfectible de son mari, qui lui donne un très gros coup de main dans la gestion des commandes et de l’inventaire.

Un marché insoupçonné

Sa stratégie de commercialisation repose beaucoup sur les réseaux sociaux, où elle joint surtout des familles. Elle participe également à des salons pédagogiques ou d’associations professionnelles pour se faire connaître dans le réseau des centres de la petite enfance et des établissements préscolaires. 

« C’est un marché dont je n’avais pas soupçonné l’ampleur au départ, explique Julie Blais. Aujourd’hui, écoles et garderies représentent 60 % de mes ventes. » 

Pour les éducateurs et les enseignants, les nappes de BiMoo représentent un bel outil qui contribue à quatre sphères de développement chez l’enfant : langagier, cognitif, psychomoteur et socioaffectif. 

Les nappes éducatives, illustrées par des artistes québécois, sont aujourd’hui offertes en plusieurs thèmes (l’alphabet, la ferme, la mer, les légumes, la jungle, les professions, etc.) et en trois langues, soit le français, l’anglais et l’espagnol. D’autres produits se sont aussi récemment ajoutés, dont les aimants trilingues pour apprendre les mots tout en s’amusant.

En plus de la boutique en ligne, les produits BiMoo sont offerts dans près d’une trentaine de points de vente, dont certaines pharmacies Jean Coutu et des épiceries Provigo. 

Même si elle n’échappe pas aux moments de doute – « c’est le lot de tout entrepreneur » –, Julie Blais reste optimiste pour la suite des choses, surtout depuis la réouverture des commerces. Elle a dû mettre ses projets d’exportation sur la glace à cause de la crise sanitaire, mais elle mijote d’autres idées de produits pour enfants pour lesquels elle est à la recherche de fournisseurs. 

Le temps où elle passait ses journées devant son écran à remplir des colonnes de chiffres est bien fini pour elle !