/world/europe
Navigation

Monarchie: Harry et Meghan contre tous

Des extraits d’un livre à paraître donnent leur version des faits les ayant poussés à fuir la royauté

FILES-BRITAIN-ROYALS-HARRY-MEGHAN
Photo d'archives, AFP Harry Mountbatten-Windsor et Meghan Markle lors d’une photo après l’annonce de leurs fiançailles en 2017.

Coup d'oeil sur cet article

De premiers extraits explosifs du livre Finding Freedom portant sur la relation tendue de Harry et Meghan avec le reste de la famille royale britannique font les choux gras des tabloïds du Royaume-Uni depuis la fin de semaine. Ces extraits, publiés par The Times, retracent les débuts de l’histoire d’amour du couple jusqu’au « Megxit », leur sortie fracassante de la monarchie. La sortie du livre est prévue en août. Harry et Meghan ont déjà nié toute implication. Les deux auteurs affirment avoir interrogé plusieurs sources dans le cercle d’amis du couple et au sein de la famille royale. 

Un conte de fées

L’histoire d’amour entre Harry et Meghan qui a secoué toute la monarchie britannique a commencé par une simple blind date, relatent les auteurs de Finding Freedom. Ce premier rendez-vous dans un bar de Londres aurait duré trois heures, tellement le courant passait entre les deux tourtereaux. Mais la soirée se serait terminée sans même un baiser. Le même soir, ils ont toutefois convenu de se revoir dès le lendemain. Ils sont rapidement tombés amoureux l’un de l’autre, Harry étant notamment convaincu qu’elle était la bonne. Détail croustillant : le livre fait mention d’un compte Instagram secret du prince (@SpikeyMau5). 

Des tensions entre les frères

Malgré les rumeurs constantes d’une guerre ouverte entre les duchesses Meghan et Kate, les auteurs de Finding Freedom soulignent que les tensions entre les deux couples royaux provenaient plutôt des deux frères. Selon le livre, Harry n’aurait pas aimé que William lui demande de prendre son temps avec « cette fille ». Le plus jeune des deux princes aurait trouvé le futur roi condescendant et même « snob » dans son approche envers sa nouvelle relation. D’autres membres de la famille royale auraient aussi eu des réticences pour Meghan, l’un d’eux la qualifiant de « showgirl ». 

Kate vs Meghan

Kate serait quant à elle restée très distante, voire froide, avec sa nouvelle belle-sœur, ce qui aurait énormément déçu Meghan. Le livre relate qu’au début de la relation de Harry et Meghan, Kate et elle allaient faire des courses au même endroit, mais Kate a embarqué dans sa voiture sans proposer à Meghan de l’accompagner. Harry et Meghan auraient aussi invité Kate et William dans leur nouvelle demeure de Windsor, mais le duc et la duchesse de Cambridge n’y seraient jamais allés. Meghan croyait notamment que Kate aurait pu l’aider à naviguer à son arrivée dans la famille royale. Quant aux rumeurs voulant que Meghan ait fait pleurer Kate alors qu’elle essayait sa robe de mariage, des sources nient ces événements auprès des auteurs du livre. 

Les vipères de Buckingham Palace

Un ami du couple fait référence à des « vipères » lorsqu’il mentionne la vieille garde en place au palais de Buckingham. Harry et Meghan n’avaient confiance qu’en très peu d’employés autour de la famille royale, ayant toujours l’impression d’être vendus aux tabloïds britanniques. Cette même garde craignait aussi que la popularité de Harry et Meghan ne fasse trop d’ombre aux autres membres de la monarchie. Pour sa part, Harry ne se sentait pas protégé par sa famille contre les attaques sexistes et racistes qu’essuyait son épouse. « J’ai abandonné toute ma vie pour cette famille », aurait déclaré Meghan. 

« Ils ont brûlé tous les ponts »

Avec la parution de ce livre, Harry et Meghan « ont brûlé tous les ponts » avec la famille royale, croit Estelle Bouthillier, experte de la monarchie britannique dans une entrevue avec Le Journal. Elle estime que même s’ils n’ont pas donné d’entrevue pour ce livre, le couple y a contribué indirectement. Elle voit aussi « deux poids, deux mesures » dans l’approche du couple, qui dit vouloir farouchement défendre sa vie privée. Par contre, elle reconnaît que la presse britannique aime « taper » sur eux et trouve toujours le moyen de les prendre en défaut.