/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Virus: accélération inexorable de la pandémie, nouvelles restrictions sanitaires

Virus: accélération inexorable de la pandémie, nouvelles restrictions sanitaires
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Paris | La pandémie de coronavirus, qui a fait plus de 650 000 morts dans le monde, poursuivait inexorablement son accélération lundi, obligeant toujours plus de pays à durcir les restrictions et à multiplier les dépistages, notamment en Europe où la saison touristique bat son plein. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: Maintenir les frontières fermées n’est pas viable à moyen terme

• À lire aussi: Un vaccin pourrait être prêt d’ici la fin de l’année

Si l’Amérique latine et les Caraïbes sont devenues la région la plus touchée, devant l’Amérique du Nord, l’inquiétude est mondiale face à la COVID-19, qui continue de se répandre sur la planète avec plus de cinq millions de nouveaux cas détectés depuis le 1er juillet.

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé, lundi, une aide d’urgence de 4,3 G$ en faveur de l’Afrique du Sud, dont l’économie fragile est mise à l’épreuve par cette maladie. Ce pays compte le plus grand nombre de cas en Afrique subsaharienne (plus de 445 430, dont près de 6770 mortels).

La Belgique, un des pays qui compte le plus de morts de la COVID-19 par rapport à sa population (85 pour 100 000 habitants), a encore durci ses mesures sanitaires.

À partir de mercredi, et pour quatre semaines, le nombre de personnes que les Belges sont autorisés à voir de manière régulière passe de 15 à cinq. Les évènements publics sont limités à 100 personnes à l’intérieur (contre 200) et 200 à l’extérieur (contre 400).

Le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a annoncé lundi qu’il allait imposer des tests de dépistage aux voyageurs revenant de régions à risques.

Londres a, de son côté, décidé de soumettre depuis dimanche les passagers en provenance d’Espagne à une période d’isolement, suscitant une vive réaction des autorités espagnoles. L’Espagne est la deuxième destination touristique mondiale derrière la France, et a clamé haut et fort être «un pays sûr».

«C’est un coup très dur» alors que le secteur touristique «avait un espoir de pouvoir sauver les meubles en août», résumait lundi le président de la région méditerranéenne de Valence, Ximo Puig.

Certaines stations balnéaires de cette zone, comme Benidorm, comptent jusqu’à 40% de clients britanniques.

Suivez la progression du virus dans le monde 

Plages fermées

En France, les autorités, inquiètes là aussi d’un rebond des contaminations, ont ordonné la fermeture de lieux de rassemblements comme les plages, les parcs et les jardins publics la nuit dans la ville touristique de Quiberon, sur l’Atlantique.

La pandémie de la COVID-19 a fait dix-sept morts supplémentaires, depuis vendredi, en France et la circulation du virus reste «soutenue», a annoncé lundi la Direction générale de la santé (DGS), qui invite les Français à rester «mobilisés» pour éviter «une reprise».

La Fédération des cinémas français a appelé le gouvernement à l’aide face au faible nombre de films distribués pour l’instant en salle. En revanche, les foires et les salons professionnels, annulés ou reportés, vont pouvoir reprendre à partir du 1er septembre en France.

Le trafic aérien à Paris ne retrouvera son niveau de 2019 qu’ «entre 2024 et 2027», a fait savoir lundi le PDG d’ADP, le gestionnaire des aéroports parisiens.

L’Organisation mondiale de la santé estime que les mesures restreignant les voyages «doivent être prises en conjonction avec d’autres mesures ». Pour le Dr Michael Ryan, le directeur des situations d’urgence à l’OMS, «seules en tant que telles, elles ne sont pas efficaces pour limiter les mouvements du virus, qui est partout».

«Les économies doivent rouvrir, les gens doivent travailler, le commerce doit reprendre», a-t-il estimé.

Au total, la pandémie a fait au moins 650 011 morts dans le monde, sur un total de 16 323 558 cas déclarés, selon un bilan établi lundi par l’AFP.

Le hajj en format réduit

Pour la première fois de l’histoire moderne, le grand pèlerinage à La Mecque, en Arabie saoudite, se fera à partir de mercredi avec un nombre de fidèles très réduit. Seuls 10 000 Saoudiens et étrangers habitant dans ce royaume sont autorisés, cette année, à effectuer le hajj, contre 2,5 millions l’an dernier.

En Papouasie Nouvelle-Guinée, le gouvernement a ordonné lundi le confinement de la capitale, Port Moresby, après la première mort confirmée due au virus.

D’autres pays comme le Venezuela et l’Algérie ont décidé de reconduire des mesures de confinement local. Au Kenya, le président Uhuru Kenyatta a annoncé l’interdiction de la vente d’alcool dans les restaurants et la prolongation d’un mois du couvre-feu nocturne pour enrayer la propagation «agressive» de la COVID-19.

L’Asie, elle aussi, s’inquiète d’une résurgence de l’épidémie.

Ainsi le Vietnam, qui pensait avoir éradiqué le virus, va suspendre les vols intérieurs ainsi que les transports publics terrestres et maritimes à destination et en provenance de la ville touristique de Da Nang (centre), où ont été récemment signalés les premiers cas de coronavirus sur le territoire vietnamien depuis des mois.

Le port du masque en public est devenu obligatoire à Hong Kong, où les rassemblements en public de plus de deux personnes vont être interdits.

Et la Chine a fait état lundi de 61 nouveaux malades en 24 heures, la plus importante augmentation quotidienne depuis mi-avril.

Les restrictions imposées pour freiner la pandémie provoquent parfois la colère des populations. Ainsi, la mairie d’un village indigène de l’ouest du Guatemala a été incendiée dans la nuit de dimanche à lundi par une foule en furie.

L’émeute a commencé lorsque les villageois de San Lucas Toliman (ouest, sur la rive du lac touristique d’Atitlan) ont appris que leur localité était classée en zone rouge, où sont maintenues les mesures les plus sévères contre la pandémie.  

Vaccin expérimental

Le gouvernement américain s’est engagé à porter à jusqu’à près d’un milliard de dollars au total son soutien au développement d’un potentiel vaccin mis au point par la société américaine de biotechnologie Moderna, et qui s’apprête à entrer dans la dernière phase de son essai clinique.

Ce vaccin expérimental, qui a déclenché des anticorps contre le coronavirus chez les 45 participants dans une première phase, pourra ainsi être testé à partir de lundi sur 30 000 personnes.

Le Brésil, pays latino-américain le plus touché, a recensé dimanche près de 25 000 cas supplémentaires, pour un total de 2,4 millions. Il déplore plus de 87 000 morts.

L’Europe totalisait lundi 208 082 décès pour 3 073 979 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes, 184 168 décès (4 392 800 cas), les États-Unis et le Canada, 155 854 décès (4 348 051 cas), l’Asie, 57 914 décès (2 517 025 cas), le Moyen-Orient, 25 600 décès (1 098 235 cas), l’Afrique, 17 767 décès (848 612 cas), et l’Océanie, 192 décès (16 648 cas).

Jeunes, mais pas «invincibles»

Au Canada, les adultes de moins de 39 ans constituent désormais une nette majorité des nouveaux cas de COVID-19 recensés, ont averti dimanche les autorités sanitaires en appelant les jeunes à ne pas se sentir «invincibles».

Les personnes âgées ne sont pas les seules à risquer de graves problèmes de santé en cas de contamination, a mis en garde la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du pays: sur les cas de COVID-19 signalés la semaine dernière, «63% concernaient des jeunes de moins de 39 ans, dont un tiers (31%) a été hospitalisé».

Au Royaume-Uni, le gouvernement a dévoilé un vaste plan de lutte contre le surpoids et l’obésité, considérés comme des facteurs aggravants face à la maladie et qui concernent presque les deux tiers (63%) de la population britannique.

Ce plan marque un virage à 180 degrés pour le premier ministre Boris Johnson, qui s’était auparavant déclaré contre les «taxes sur [les] péchés» et une approche «maternisante» de l’État. 

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.