/investigations
Navigation

Elle vote en faveur d’une firme qui lui réclame de l’argent: une élue de Blainville fait l’objet d’une enquête

Marie-Claude Collin
Photo Facebook, Marie-Claude Collin

Coup d'oeil sur cet article

La conseillère municipale de Blainville qui a voté en faveur d’un important constructeur qui lui réclame de l’argent s’est retirée de son caucus et fait maintenant l’objet d’une enquête de la Commission municipale du Québec.  

• À lire aussi: Une élue vote en faveur d’une firme qui lui réclame de l’argent

Mardi, la Ville de Blainville a fait savoir par voie de communiqué qu’elle procéderait aussi à des «vérifications administratives internes» afin de déterminer si la conseillère Marie-Claude Collin s’est placée en situation de conflit d’intérêts. 

Notre Bureau d’enquête rapportait lundi que Mme Collin avait voté à deux reprises au conseil municipal sur des résolutions concernant le Groupe Mathieu, dont l’approbation de plans pour la construction d’habitations, sans qu’elle mentionne son lien avec le promoteur. 

Or, cet important constructeur de la Rive-Nord poursuit actuellement la conseillère, via une compagnie apparentée (Les habitations NB inc.), pour un montant de 143 753,46$, notamment pour des paiements de loyers et de taxes impayés pour les années 2018 à 2020. 

C’est à lui qu’appartiennent les locaux dans lesquels est hébergée la garderie de Mme Collin, Aqua Némo. Selon le propriétaire, Mme Collin lui devrait de l’argent depuis deux ans. 

Personne au courant

Jusqu’à ce que notre Bureau d’enquête pose des questions la semaine dernière, personne à la Ville n’était au courant des démêlés entre la conseillère et cette firme. 

La Politique interne de gestion des conflits d’intérêts de la ville de Blainville stipule clairement que chaque élu «est tenu de gérer ses affaires personnelles de manière à éviter de se trouver en situation de conflit d’intérêts dans l’exercice de ses fonctions». 

Il est aussi «interdit» à un élu de prendre part à des décisions s’il est en situation de «conflit d’intérêts ou d’apparence de conflit d’intérêts».

Elle veut collaborer

À la suite de notre reportage, la Commission municipale du Québec a contacté la Ville de Blainville pour l’informer qu’elle ouvrait une enquête sur les allégations qui visent la conseillère. 

De son côté, Blainville affirme avoir aussi sollicité «un avis professionnel» pour déterminer si l'élue a contrevenu au code d'éthique des élus ou aux lois municipales en vigueur. 

Marie-Claude Collin a également annoncé qu’elle se retirait du caucus des conseillers, le temps que la situation soit analysée par la Ville. 

«Soucieuse des questions d'éthique et ne voulant pas nuire à l'administration municipale, je prends la décision de me retirer temporairement du caucus et des commissions dont je suis membre, le temps que la lumière soit faite dans ce dossier. Je m'engage à fournir tous les éléments pouvant faciliter le travail des différentes instances», a-t-elle déclaré par voie de communiqué.