/finance
Navigation

Hausse des frais, baisse des dons chez Centraide du Grand Montréal

Près de 1,4 million de dollars en moins pour les organismes communautaires

Centraide
Capture d'écran WEB La Fondation Centraide du Grand Montréal a récemment vendu pour 5,6 millions $ un vaste terrain, au bord d’un lac, à Saint-Donat, dans les Laurentides.

Coup d'oeil sur cet article

À l’aube d’une année qui s’annonce très difficile à cause de la pandémie, Centraide du Grand Montréal a vu ses frais d’administration bondir de plus de 10 % alors que les dons reçus et les contributions versées aux organismes ont reculé.

Les dépenses administratives ont frisé les 3,3 millions $ au cours de l’exercice qui a pris fin le 31 mars, soit 11 % de plus que l’année précédente, indique le plus récent rapport annuel de Centraide du Grand Montréal.

L’ensemble des dépenses de l’organisme a augmenté de 3,8 % pour atteindre près de 12,9 millions de dollars.

Or, pendant la même période, les souscriptions (dons) ont fléchi de près d’un million de dollars (1,8 %) pour se chiffrer à 54,1 millions de dollars.

De plus, les contributions de Centraide du Grand Montréal aux quelque 350 organismes qu’elle soutient ont baissé de près de 1,4 million $ (2,9 %) pour s’établir à 45,7 millions $.

Dans la région métropolitaine, Centraide peine à recueillir plus de dons qu’il y a dix ans.

En 2010-2011, l’organisme avait récolté 54,3 millions de dollars alors que ses dépenses avaient atteint 10,4 millions $. Cette année-là, 46,2 millions $ avaient été versés aux organismes.

« Il y a beaucoup plus de compétition entre les organisations, note François Brouard, professeur à l’Université Carleton. Des grands donateurs, il n’y en a pas tant que ça. »

La faute au sociofinancement ?

Jean-Marc Fontan, professeur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et codirecteur du Réseau canadien de recherche partenariale sur la philanthropie (PhiLab), relève que les campagnes de sociofinancement récoltent de plus en plus de fonds.

« Cet argent-là, on le prend quelque part, et peut-être qu’auparavant il serait allé à Centraide ou à une autre organisation traditionnelle », affirme-t-il.

Centraide a réagi en lançant en 2015 un nouveau fonds financé par de grandes fondations montréalaises. L’an dernier, il a remis plus de 3,7 millions de dollars à des organismes.

Centraide reçoit également de l’aide de sa fondation, qui vient de vendre pour 5,6 millions de dollars un terrain qu’elle détenait depuis des décennies et où se trouvait le camp Saint-Donat, fermé en 2018.

Comme la plupart des autres organismes de bienfaisance, Centraide du Grand Montréal s’attend à enregistrer une baisse importante de ses dons cette année en raison de la crise sanitaire, qui a fait grimper le taux de chômage et qui risque de faire fondre les bonis versés aux cadres des grandes entreprises.

« On va se rendre à 50 millions $ »

« On va se rendre à 50 millions $, mais pas à 60 millions $ », indique une source au fait de la campagne en cours.

Pour répondre à la hausse des besoins, Centraide du Grand Montréal a créé un fonds d’urgence pour la COVID-19 qui a remis plus de 7 millions de dollars à 441 projets et organismes depuis mars. 

Dons recueillis par Centraide au Québec en 2019-2020      

  • Grand Montréal : 54,1 M$   
  • Québec, Chaudière-Appalaches et Bas-Saint-Laurent : 16,4 M$   
  • Régions du Centre-Ouest : 5,7 M$ (2018-2019)   
  • Outaouais : 3,3 millions $ (2018-2019)   
  • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine : N/D