/sports/hockey/canadien
Navigation

« Une grosse adaptation » - Phillip Danault

« Une grosse adaptation » - Phillip Danault
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Phillip Danault carbure en temps normal à l’énergie des partisans, que ce soit au Centre Bell ou dans l’un des 30 autres amphithéâtres de la LNH. Pour les prochains jours ou semaines, le numéro 24 aura à réapprendre à jouer au hockey sans le bruit de la foule. 

« C’est une grosse adaptation, il n’y a aucune ambiance et on entend tout sur la glace, a dit Danault dans une visioconférence après le revers de 4 à 2 contre les Maple Leafs lors du match préparatoire au Scotiabank Arena. C’était un sentiment spécial et unique. On a maintenant brisé la glace. J’espère que ça ira mieux la prochaine fois. »

Quand on parle de sentiment étrange, Brendan Gallagher a aussi parfaitement résumé son état d’esprit en s’habillant dans le vestiaire normalement réservé aux Leafs à Toronto. 

« 2020 est vraiment une année bizarre, mais c’était tout aussi étrange de se retrouver dans le vestiaire des Maple Leafs. »

Pour ce match préparatoire, le CH était l’équipe à la maison. 

Pas un gros match

Sur la glace, le Tricolore aura aussi plusieurs choses à corriger. 

« Je n’ai pas trouvé que nous avons joué un bon match, a noté Claude Julien. Oui, nous avons eu des chances de marquer, mais pour connaître du succès contre Pittsburgh, nous devrons mieux jouer. Il y avait de la rouille, mais on a pu prendre un pas dans la bonne direction en chassant un peu la nervosité. Le 1er août, il faudra être prêts. Quand nous étions passifs, nous nous placions dans le pétrin. Ça a été le cas sur les buts que nous avons accordés en désavantage numérique. »

Le CH n’a pas marqué en six occasions en supériorité numérique. Alexander Kerfoot et Morgan Rielly ont chacun déjoué Carey Price alors que les Leafs se retrouvaient dans une situation de quatre contre cinq. 

À cinq contre cinq, le premier trio du Tricolore, celui de Danault, Gallagher et Tomas Tatar, a aussi connu un faux départ. Tatar et Gallagher ont terminé le match à -3, alors que Danault a fini à -2. 

« Oui, c’était un peu plus difficile, a reconnu Danault. Notre cerveau n’était pas encore au sommet. L’exécution est encore plus rapide dans un véritable match. Mais j’ai bon espoir que nous nous replacerons. »