/finance/business
Navigation

Amazon profite encore plus de la pandémie qu’attendu, malgré des dépenses exceptionnelles

Amazon profite encore plus de la pandémie qu’attendu, malgré des dépenses exceptionnelles
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Un chiffre d’affaires en hausse de 40% à près de 89 G$ et un bénéfice net qui double à 5,2 G$: Amazon apparaît comme le grand gagnant de la pandémie pour le deuxième trimestre 2020. 

• À lire aussi: Les GAFA ont « trop de pouvoir »

• À lire aussi: Audition des GAFA: Bezos défend le «succès» d’Amazon

• À lire aussi: Zuckerberg défend Facebook, «une entreprise fièrement américaine»

Ses résultats publiés jeudi, largement supérieurs aux attentes, ont été salués en Bourse, où son titre s’appréciait de 5% lors des échanges électroniques après la clôture.

«Nous avons créé plus de 175 000 emplois depuis le mois de mars et sommes en train d’en transformer 125 000 en des postes permanents», s’est félicité le patron dans le communiqué.

«Les ventes par des tiers ont de nouveau progressé plus vite que les ventes d’Amazon en direct», a-t-il ajouté, au lendemain d’une audition très suivie devant une commission parlementaire avec les autres géants des technologies, accusés d’abus de position dominante par de nombreux élus politiques.

Les mesures de confinement ont rendu Amazon encore plus populaire et omniprésent dans la vie quotidienne de millions de personnes.

Le groupe a augmenté ses capacités de livraison de 160% pendant la crise sanitaire.

Son service de cloud (informatique à distance), AWS, a généré près de 11 G$ de recettes.

En avril dernier, Jeff Bezos, le fondateur de la plateforme mondiale de commerce en ligne, avait annoncé qu’il dépenserait les 4 G$ de bénéfice opérationnel amassés au premier trimestre pour investir dans la gestion de la crise sanitaire, des équipements de protection aux augmentations de salaire des employés.

Pour le troisième trimestre, Amazon a de nouveau budgété 2 G$ de coûts liés au coronavirus.

Le groupe s’attend en conséquence à un bénéfice opérationnel (indicateur de rentabilité) compris entre 2 et 5 G$ pour le trimestre en cours, contre 3,2 G$ il y a un an.

«C’est une prévision robuste, malgré les 2 G$ de coûts liés à la COVID-19, donc c’est vraiment un trimestre exceptionnel sur tous les fronts, dans des circonstances extraordinaires», a commenté Charlie O’Shea, le vice-président de Moody’s.