/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Cafouillage à la clinique de dépistage Chauveau

Cafouillage à la clinique de dépistage Chauveau
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Que s’est-il passé à la clinique Chauveau le 17 juillet en avant-midi? Trois Montréalais qui y ont passé leur test de dépistage pour la COVID-19 témoignent avoir ressenti beaucoup de frustration en essayant d’obtenir leurs résultats. 

Louis Cliche s’est rendu dans cette clinique de l’est de Montréal pour savoir si son ami déclaré positif lui avait transmis la COVID-19.

Après cinq jours d’attente, l’homme a téléphoné au centre de dépistage. Après avoir été transféré plusieurs fois, Louis Cliche a finalement pu laisser un message sur une boîte vocale. Il raconte avoir rappelé deux autres fois avant d’obtenir une réponse.

«La dame à qui j’ai parlé au téléphone m’a dit qu’ils avaient perdu plein de résultats de la clinique Chauveau. Le mien en fait partie. Et en cherchant le numéro de la clinique sur Google Maps, j’ai réalisé que je n’étais pas le seul.»

Cette même préposée l’a ensuite encouragé à y retourner pour un autre test.

«Ils m’ont dit de revenir, mais j’avais déjà pris ma journée off pour aller passer le premier test. Je ne savais pas combien de temps ça allait prendre, donc je ne suis pas allé», a-t-il raconté.

«En plus, les six autres personnes qui ont pique-niqué avec nous ont été déclarées négatives», a-t-il ajouté.

Léa Viens a elle aussi demandé un congé à son employeur pour se rendre à la clinique ce même 17 juillet autour de 10h. La femme de 24 ans n’a jamais été rappelée, contrairement à son conjoint qui a obtenu sa réponse. Ils avaient fait la file ensemble, mais passé leur test séparément.

«Mon copain a été déclaré négatif, j’ai donc su que j’étais correcte, mais je trouve ça inquiétant pour ceux qui vont se faire tester seuls. Selon moi, c’est vraiment incohérent de demander aux gens d’aller se faire tester massivement et de ne pas les rappeler après», a-t-elle dénoncé.

Naomie Gelper, 22 ans, s’est elle aussi rendu à la clinique Chauveau le même jour que les deux autres. Il lui a fallu patienter près de deux semaines avant d’apprendre qu’elle était finalement hors de danger.

«Après 12 jours d’attente, j’ai appelé à la clinique où on m’a dirigée vers l’hôpital Maisonneuve-Rosemont où je n’étais pourtant jamais allée. La dame qui m’a appris mon résultat ne savait pas comment expliquer ce retard ni pourquoi mon dossier s’était retrouvé là», s’est remémoré la jeune femme.

Une clinique débordée

Christian Merciari du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal avoue que l’équipe de la clinique Chauveau était débordée à la mi-juillet. Ils ont été contraints de faire appel à d’autres établissements pour l’analyse des échantillons.

«Les délais de transmission des résultats s’expliquent par une augmentation du nombre de personnes qui se sont présentées pour se faire dépister. Aucun prélèvement n’a été perdu et toutes les personnes ayant reçu un diagnostic positif ont été avisées», a-t-il assuré.

Selon M. Merciari, l’attente serait également due à un problème informatique.

«Nos bases de données n’étaient pas toutes synchronisées au départ. Nous avons dû les récupérer manuellement pour assurer les suivis et transmettre les résultats. Cette problématique est depuis réglée», a-t-il expliqué.

«Les personnes qui ont été dépistées entre le 12 et le 17 juillet devraient avoir toutes été contactées d’ici demain», a fait savoir M. Merciari.

Il conclut en garantissant que la situation s’est depuis résorbée.

«En ce moment, il n’y a même pas une minute d’attente. Il n’y a plus d’enjeu au niveau de l’achalandage. On continue d’encourager les gens à venir se faire dépister», a insisté le porte-parole du CIUSSS.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.