/sports/hockey
Navigation

La vitesse, l’élément à surveiller

Coup d'oeil sur cet article

Pour l’entraîneur des Penguins, Mike Sullivan, la vitesse est «l'avantage compétitif ultime» et celle-ci est l’une des forces de son adversaire en série de qualification, le Canadien de Montréal. 

Le premier match de cette série entre le Canadien et les Penguins aura lieu samedi soir. Il sera d’ailleurs présenté à TVA Sports. 

• À lire aussi: Le grand jour est arrivé

• À lire aussi: 8 duels sous la loupe

• À lire aussi: Jets c. Flames: une guerre de détails

• À lire aussi: Un avantage pour les Rangers face aux Hurricanes?

Sullivan se méfie de cette vitesse et ses joueurs aussi.

«Leur groupe d'attaquants est très rapide, bouge la rondelle rapidement, [...] on doit s'assurer qu'on garde la rondelle et qu'on la garde en fond de territoire», a expliqué le défenseur Marcus Pettersson, vendredi, en conférence de presse.

À vrai dire, même si les Canadiens n’apparaissent pas comme une puissance de la LNH à l’heure actuelle, les Penguins s’assurent de ne pas les prendre de haut.

«Je ne pense pas qu'une seule personne dans notre organisation prenne les Canadiens à la légère», a indiqué Sullivan.

«On les respecte beaucoup», a également assuré le défenseur John Marino.

«Mais si on s'en tient à notre plan de match et à ce que l'entraîneur nous indique, ça va aller», a ajouté l’Américain de 23 ans.

En bottes de travail    

Les séries ont lieu en août. Après un arrêt de quatre mois lié à une pandémie mondiale. Les matchs ont tous lieu dans les deux mêmes villes-bulles. Sans partisans dans les gradins. Avec des tests de dépistage constants.

Malgré tout ça, les joueurs sont emballés. Ils sont là pour se battre et pour gagner.

«On est ici, on est excités, on a travaillé fort pour y arriver, c'est le "fun" et on est emballés de jouer du hockey à fort enjeu», a assuré le capitaine des Penguins, Sidney Crosby.

D’ailleurs, Sullivan ne s’attend pas à devoir en faire plus que d’habitude pour fouetter ses troupes.

«Je pense que nos joueurs connaissent l'enjeu et l'occasion et cela suffit à les motiver à être meilleurs», a-t-il observé.

Et la sécurité, alors que la pandémie de COVID-19 est encore loin d’être endiguée à l’extérieur des bulles, ne semble pas être une grande source d’inquiétude.

«Je pense qu'il a beaucoup de choses qu'il faut considérer pour nous garder en sécurité, a indiqué Crosby. Je me sens en sécurité. C’est notre nouvelle réalité.»

Par ailleurs, Sullivan n’a pas voulu préciser qui, de Tristan Jarry ou de Matt Murray, allait être devant le filet des Penguins samedi, préférant garder cette annonce pour le jour du match.