/finance
Navigation

La grève au Port de Montréal sera prolongée d’une autre semaine

Après une semaine de tensions, les débardeurs reprendront le piquetage lundi

La grève au Port de Montréal sera prolongée d’une autre semaine
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

La grève des débardeurs, qui paralyse le Port de Montréal depuis lundi, se poursuivra une bonne partie de la semaine prochaine.

• À lire aussi: Des conséquences économiques ne sauraient tarder

• À lire aussi: Le fédéral appelé à intervenir au plus vite

• À lire aussi: Des cadres et des agents de sécurité battus au port de Montréal

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente la majorité des débardeurs du Port de Montréal, a présenté vendredi un nouveau préavis de grève de quatre jours à l’Association des employeurs maritimes (AEM). 

Cette nouvelle grève doit débuter lundi 3 août, à 7 heures, pour se terminer le vendredi suivant à 6 h 59. En entrevue, le président de la partie patronale, Martin Tessier, a pris acte de ce nouveau chapitre au conflit, tout en indiquant souhaiter que les négociations reprennent rapidement.

Des employés du Port de Montréal en grève devant la maison des débardeurs sur la rue Notre-Dame Ouest, vendredi, à Montréal.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Des employés du Port de Montréal en grève devant la maison des débardeurs sur la rue Notre-Dame Ouest, vendredi, à Montréal.

La tension monte

Sans contrat de travail depuis décembre 2018, les 1150 débardeurs étaient de retour au travail vendredi, après quatre jours de débrayage. Ces derniers furent marqués par des moments de fortes tensions au cours desquels une vingtaine de cadres et des gardiens de sécurité auraient été physiquement pris à partie, mercredi, par des débardeurs.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a ouvert une enquête pour vol et voies de fait. Mais devant la tournure des événements, Termont Montréal et Montreal Gateway Terminal (MGT), les deux principaux opérateurs de conteneurs du Port de Montréal, ont suspendu leurs activités vendredi. 

Dans une note destinée à leurs clients, les deux entreprises affirmaient jeudi soir avoir convenu « qu’[elles] devaient assurer la sécurité de [leurs] personnel et installations. [...] L’AEM s’efforce d’assurer un environnement de travail sain, sûr et sans violence [...] et les exploitants de terminaux ont l’intention de continuer à travailler dans ce sens. »

Ottawa en renfort

À la demande de leur association, les employeurs du Port ont réclamé jeudi une rencontre d’urgence avec la ministre fédérale du Travail, Filomena Tassi. 

Au terme de cette rencontre, vendredi après-midi, aucune des parties présentes (syndicale et patronale), dont le ministre des Transports, Marc Garneau, n’a souhaité commenter.

En principe, Termont et MGT doivent reprendre leurs activités ce matin, et les activités de camionnage y seront permises jusqu’à 15 h. 

Lundi, les deux terminaux de Termont (Viau et Maisonneuve) devraient être de nouveau paralysés par la reprise du piquetage. 

Clauses salariales

Les syndiqués, par la voie de leur représentant, Michel Murray, lui reprochent de faire usage de briseurs de grève, ce que nie l’entreprise depuis une semaine. 

Une prochaine rencontre de négociations est prévue mercredi. Les discussions achopperaient sur l’implantation de dispositions permettant une meilleure conciliation travail-vie personnelle. 

L’employeur se dit ouvert à la proposition, mais non sans revoir au passage certaines clauses salariales.