/entertainment
Navigation

Radio: le CRTC sort le couperet

Coup d'oeil sur cet article

Deux stations de radio de Maniwaki et de Saint-Constant qui accumulaient les entorses aux conditions de leur licence depuis plusieurs années devront fermer leurs portes le 31 août, sur ordre du CRTC.

Dans une rare décision de cet acabit qui a été rendue publique vendredi, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes a refusé le renouvellement de la licence de CFOR-FM, de Maniwaki, et de la station country CJMS de Saint-Constant en raison « de la gravité et de la récurrence des non-conformités ».

Une grande partie des manquements sont de nature administrative et concernent le dépôt hors délais de rapports permettant au CRTC de s’assurer du respect des conditions de licence.

Des intervenants se sont aussi plaints aux commissaires que du contenu en provenance de la station CJWI, une radio de Montréal s’adressant à la communauté haïtienne, était diffusé en simultané, à heures de grande écoute, à CJMS. Les deux stations sont opérées par le Groupe Médias Pam.

La radio de Saint-Constant a même continué de diffuser des messages et des promotions où on entendait la voix d’un ancien animateur décédé il y a deux ans, ont déploré des intervenants.

En appel ?

Joint par Le Journal, le principal actionnaire de CJMS, Me Jean-Ernest Pierre, a indiqué qu’il étudiait ses options. « Je vais voir avec des gens qui connaissent ça s’il y a lieu d’aller en appel. »

Il n’a pas été possible de joindre un représentant de CFOR. Le numéro de téléphone et l’adresse courriel liés à la station de radio ne sont plus en service.