/finance/business
Navigation

Sécheresse: les agriculteurs se mobilisent

Coup d'oeil sur cet article

Les producteurs agricoles victimes de la sécheresse lancent un appel au secours et prennent des mesures inédites pour faire face à la situation. 

L'Union des producteurs agricoles (UPA) invite ses membres à partager leurs superficies cultivables disponibles. Si un agriculteur croit ne plus avoir besoin d'un espace, il est invité à le mettre à la disposition d'un voisin qui pourra y ensemencer ce qu'on appelle une culture d'urgence.

Il s'agit d'un semi d'avoine et de pois fourragers qui permet d'obtenir une plante assez bien fournie en l'espace de 50 ou 60 jours. Cela devrait permettre de dépanner pour nourrir les troupeaux.

«Moi, je reconnais bien la solidarité au niveau des producteurs agricoles. Je vous dirais que ça va au-delà encore. Il y a aussi des producteurs de pommes de terre qui sèment des engrais et qui disent, au lieu de les enfouir: "si des producteurs laitiers ou de bovins peuvent les utiliser, qu'ils viennent le faire"», indique Martin Caron, second vice-président de l'UPA.

D'autres mesures sont aussi mises en place, comme l'ouverture d'une ligne téléphonique spéciale, la mise en ligne d'un formulaire de réclamation et la création d'un marché agricole virtuel pour mettre en contact des vendeurs et des acheteurs de fourrage.

L'UPA se lance en même temps à la recherche de récoltes excédentaires de foin en Ontario et dans les provinces maritimes.

La sécheresse a aussi comme impact que des régions comme le Bas-Saint-Laurent et certains secteurs du Centre-du-Québec commencent à manquer d'eau pour abreuver les animaux. L'UPA appelle Québec à soutenir financièrement l'envoi de camions-citernes sur les fermes et le transport de foin à partir de là où on en trouvera.