/finance/business
Navigation

Trump va ordonner au Chinois ByteDance de vendre TikTok

Trump va ordonner au Chinois ByteDance de vendre TikTok
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Donald Trump va imposer au groupe chinois ByteDance de vendre le réseau social TikTok, que Washington soupçonne d’entretenir des liens trop étroits avec la Chine, rapportent vendredi des médias américains. 

• À lire aussi: Microsoft souhaiterait acheter TikTok

• À lire aussi: TikTok débloque 200 M$ pour payer ses vedettes

• À lire aussi: Le géant chinois TikTok soulève aussi des inquiétudes au Québec

Le président des États-Unis s’apprête à signer un ordre officiel pour obliger la maison-mère chinoise à se séparer de la très populaire application américaine, au nom de la protection de la sécurité nationale, ont écrit le Wall Street Journal et l’agence Bloomberg.

D’autres médias américains, dont le New York Times et la chaîne de télévision Fox News, affirment de leur côté que le géant informatique Microsoft envisage de racheter TikTok, qui pourrait valoir des dizaines de milliards de dollars.

Aucune des entreprises n’a commenté dans l’immédiat.

TikTok faisait l’objet d’une enquête du CFIUS (Comité pour l'investissement étranger aux États-Unis), l’agence chargée de s’assurer que les investissements étrangers ne présentent pas de risque pour la sécurité nationale.

Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor américain, avait fait savoir, mercredi, qu’il ferait une «recommandation» à la Maison-Blanche cette semaine.

Le président avait même envisagé de bannir le réseau social, qui compte près d’un milliard d’utilisateurs dans le monde et dont le format – des vidéos musicales courtes – est extrêmement populaire auprès d’un public jeune.

«Je pense que TikTok va quitter la société qui est chinoise [ByteDance] et opérer comme entreprise indépendante», avait déclaré son proche conseiller Larry Kudlow, il y a deux semaines, estimant que «ce serait une bien meilleure solution que l’interdiction».

TikTok a souvent dû se défendre de ses liens avec la Chine, où ByteDance possède une application similaire, sous un autre nom. 

Elle a toujours nié partager des données avec les autorités chinoises et a assuré ne pas avoir l’intention d’accepter de telles requêtes.