/investigations
Navigation

Un conflit acrimonieux pour l’ex-joueur Stéphane Quintal

Son gymnase dans le centre d’entraînement du Canadien à Brossard fait faillite

Faillite Mansfield Club Athlétique
Photo Martin Chevalier Le Club athlétique Mansfield Rive-Sud a déclaré faillite le 13 juillet 2020, sur fond de conflit entre ses propriétaires, Leonard Schlemm et Stéphane Quintal.

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien hockeyeur Stéphane Quintal est empêtré dans un conflit acrimonieux contre l’homme d’affaires avec qui il avait ouvert un gymnase dans le centre d’entraînement du Canadien de Montréal.

L’ex-défenseur poursuit son ancien associé Leonard Schlemm pour le forcer à racheter ses parts d’une valeur de 832 000 $ dans le Club athlétique Mansfield Rive-Sud, logé dans le Complexe sportif Bell de Brossard, détenu en partie par le club de hockey Canadien.

Schlemm, un magnat montréalais des gyms, « refuse ou néglige toujours de respecter l’entente et d’exécuter son engagement, sans aucune raison valable » depuis 2016, selon Quintal.

L’ex-hockeyeur a même envoyé un huissier chez lui en décembre 2018.

Quelques jours plus tard, l’ancien joueur professionnel a déposé une poursuite pour le forcer à payer, mais Leonard Schlemm a riposté par une contre-poursuite.

L’homme d’affaires considère qu’il ne doit rien à Stéphane Quintal et lui réclame même le remboursement d’un prêt sans intérêts de 255 000 $ qu’il lui a fait en 2016 pour payer sa maison.

Problèmes dès le début

Schlemm lui reproche aussi de ne pas avoir honoré l’entente conclue en 2007 pour lancer le Club Mansfield Rive-Sud.

Stéphane Quintal devait investir la moitié des fonds nécessaires pour l’entreprise. 

Finalement, il a fourni moins d’un million $, sur un budget de 4,25 M$.

Pire, selon Leonard Schlemm : l’ancien numéro cinq des Glorieux devait « superviser l’exploitation du club et diriger les ventes », selon une note déposée en preuve dans le litige judiciaire.

Or, l’ex-défenseur n’en aurait rien fait, étant de plus en plus accaparé par ses responsabilités croissantes au sein de la Ligue nationale de hockey (LNH), où il a commencé à travailler au département de la sécurité des joueurs en 2011.

Dès lors, Stéphane Quintal « a abandonné ses tâches au club de Brossard, alors qu’il demeurait actionnaire et recevait des dividendes », selon Leonard Schlemm.

Les choses ne se sont pas arrangées par la suite, car l’ancien défenseur est monté en grade à la LNH, comme premier vice-président de la sécurité des joueurs, de 2014 à 2017.

En avril 2019, Stéphane Quintal a convenu en interrogatoire hors cour qu’il n’a jamais eu l’intention de prendre en charge les activités du Mansfield Rive-Sud.

« Bien, j’ai aucune compétence par rapport aux finances ou des choses comme ça. Mon rôle, c’était [...] d’utiliser ma crédibi-lité en tant qu’ancien joueur du Canadien », a-t-il soutenu.

Juste là pour saluer

Pour lui, il devait surtout « être là puis dire bonjour au monde ».

C’est justement ce que lui reproche son ancien partenaire.

« Il n’a jamais eu l’intention de faire plus pour le Club de Brossard que de s’entraîner et de saluer les gens », selon la procédure intentée par Leonard Schlemm.

Son ancien partenaire reproche aussi à Stéphane Quintal d’avoir nui à ses efforts pour vendre le Mansfield de Brossard.

En décembre 2017, Schlemm lui a même fait parvenir une mise en demeure lui enjoignant de cesser d’ébruiter les discussions qu’il avait avec d’éventuels acheteurs. 

Les déboires du Mansfield Rive-Sud   

Quand le Club athlétique Mansfield Rive-Sud a ouvert ses portes en janvier 2009, les journalistes l’ont présenté comme le « gym » de Stéphane Quintal.

Mais l’ancien défenseur n’en a jamais détenu plus de 20 % et ne dirigeait pas le centre d’entraînement, aujourd’hui en faillite depuis le 13 juillet, selon des documents déposés en cour.

Le véritable cerveau et propriétaire majoritaire était le Montréalais Leonard Schlemm, un homme d’affaires discret qui possédait jusqu’à récemment un véritable empire du gym aux quatre coins de l’Amérique du Nord.

Schlemm tentait depuis neuf ans de trouver des investisseurs pour remplacer Quintal, puis pour revendre le centre d’entraînement au complet, sans succès.

En 2011, l’homme d’affaires a notamment approché Mike Cammalleri, qui jouait à l’époque pour le Canadien, et Marc Bibeau, magnat de la construction et ex-argentier libéral.

Après d’autres approches infructueuses auprès de Nautilus Plus et de l’américaine Crunch pour racheter le centre d’entraînement, le Mansfield Rive-Sud s’est enfoncé dans les pertes à partir de 2018, démontrent des documents déposés devant le tribunal.

Achevé par la COVID-19

Après la fermeture du Mansfield du centre-ville de Montréal et la faillite de celui de Pointe-Claire, dans l’ouest de l’île, il y a deux ans, la COVID-19 a porté le coup de grâce.

L’empire des gyms de Schlemm à Montréal finit de s’effondrer.

En Colombie-Britannique, une autre chaîne dont il était copropriétaire, SNFW Fitness, a aussi fait faillite en avril après un conflit avec un autre associé sportif, l’ex-étoile canadienne du basketball Steve Nash.

À Brossard, Schlemm est le plus important créancier inscrit dans la faillite du Mansfield Rive-Sud, qui lui doit 3,2 M$, suivi par Stéphane Quintal à la hauteur de 800 000 $.

L’entreprise doit aussi 176 370 $ à son propriétaire Canaxor Immobilier, la coentreprise du Tricolore avec Axor qui détient le Complexe sportif Bell.

Les créanciers incluent aussi des abonnés, qui ont déboursé 55 044 $ pour des sessions d’entraînement prépayées, selon le syndic. 

Qui est Stéphane Quintal ?     

  • 51 ans  
  • Repêché en 1988 par les Bruins de Boston  
  • A joué sept saisons pour le Canadien de Montréal  
  • A aussi joué jusqu’en 2005 pour les Blues de St. Louis, les Jets de Winnipeg, les Rangers de New York et les Blackhawks de Chicago  
  • À partir de 2011, il a travaillé au département de la sécurité des joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH)  
  • Membre du comité de la sécurité des joueurs de la Fédération internationale de hockey sur glace