/world/europe
Navigation

Un millier de soldats américains et un commandement seront déployés en Pologne

Coup d'oeil sur cet article

VARSOVIE | Le ministre polonais de la Défense a indiqué vendredi qu’«au moins un millier» de militaires américains et une structure de commandement pour le flanc oriental de l’OTAN seront déployés en Pologne.  

La déclaration de M. Mariusz Blaszczak intervient deux jours après l’annonce par le chef du Pentagone, Mark Esper, du retrait de quelque 12 000 soldats américains d’Allemagne.

«Au moins un millier de nouveaux soldats vont être déployés dans notre pays», a indiqué le ministre polonais à la radio publique Jedynka.

«Nous allons avoir en Pologne un commandement de corps américain. Ce commandement va gérer les forces déployées sur l’ensemble du flanc oriental de l’OTAN», a-t-il ajouté.

Il s’agira «du plus important centre de commandement des forces terrestres dans notre région», a-t-il insisté ensuite sur Twitter.

Selon M. Blaszczak, Varsovie et Washington ont terminé des négociations sur une déclaration de coopération militaire. 

«Bientôt, nous allons signer avec les Américains l’accord final sur la présence durable de l’armée américaine», s’est-il félicité.

M. Blaszczak a précisé que le nombre de soldats à déployer en Pologne avait déjà été inscrit dans des déclarations signées par les présidents des deux pays, l’an dernier. 

Le chef de l’État polonais Andrzej Duda, alors en pleine campagne électorale, victorieuse, s’est rendu encore au début juillet à Washington où il a été reçu par son homologue américain Donald Trump.

Mercredi, Mark Esper a indiqué que des quelque 34 500 militaires actuellement déployés en Allemagne, environ 6 400 seront rapatriés aux États-Unis tandis que les 5 600 autres seront repositionnés dans d’autres pays de l’OTAN, dont environ 2 000 en Belgique et en Italie.

M. Esper a assuré que l’objectif de cette grande restructuration était stratégique, notamment à titre de dissuasion envers la Russie, mais quelques minutes à peine après sa conférence de presse au Pentagone, Donald Trump a expliqué que ce retrait était dû au refus de l’Allemagne de «payer plus».

Le commandement militaire américain en Europe (Eucom), actuellement basé à Stuttgart, déménagera à Mons, en Belgique, où se trouve le commandement en chef des forces de l’OTAN.