/news/politics
Navigation

Financement politique plus difficile pendant la pandémie

Coup d'oeil sur cet article

Les principaux partis politiques fédéraux ont tous récolté moins d’argent ce printemps par rapport à l’hiver dernier, à l’exception du NPD de Jagmeet Singh, qui a réussi à augmenter son financement pendant la période de la pandémie. 

Libéraux, conservateurs et bloquistes, eux, ont dû se contenter de contributions moindres par rapport au dernier trimestre, révèlent les chiffres publiés vendredi par Élections Canada pour les moins d’avril, mai et juin.

Le Parti conservateur reste de loin le grand champion du financement politique, mais ses coffres sont moins garnis qu’à l’hiver.

La formation a récolté plus de 4,4 M$ en contributions de particuliers et en cessions d'autres entités politiques entre janvier et mars 2020, mais a encaissé à peine plus de 4 M$ pour avril à juin. Il s’agit d’une baisse de près de 8%.

Au Parti libéral, la différence est encore plus importante. Le parti du premier ministre Justin Trudeau est passé de près de 3,2 M$ à 2,6 M$, soit un écart de 17% entre les deux bilans trimestriels.

Le financement du Bloc québécois d’Yves-François Blanchet a aussi été plus difficile pendant la pandémie.

Des 204 000$ récoltés au cours des premiers mois de l’année, on est passé à 134 000$: une chute de 34%.

Parmi les quatre principaux partis, le NPD est le seul qui a vu son financement prendre du mieux. Le parti de gauche n’avait même pas franchi le cap du million cet hiver, alors qu’il peut se vanter d’un bilan printanier de 1,3 million aujourd’hui.

Sur la scène fédérale, tous les partis qui ont obtenu plus de 2% des voix sur l’ensemble du pays sont forcés de produire un tel rapport chaque trimestre.