/weekend
Navigation

«La Fiancée» de Kiera Cass: rivalités au royaume de Corie

Kiera Cass
Photo courtoisie, Dustin Cohen Kiera Cass

Coup d'oeil sur cet article

Auteure de la série best-seller La Sélection, l’écrivaine américaine Kiera Cass propose une nouvelle série se déroulant dans un univers où les personnages vivent quantité de grandes émotions, de rivalités et de tourments, La Fiancée. Cadrée dans le royaume imaginaire de Corie, le premier tome de la série présente Lady Hollis Brite, pressentie pour le trône. Le roi l’a choisie. Que fera-t-elle lorsqu’elle sentira son cœur battre pour un autre?

Lady Hollis Brite, une belle courtisane du royaume de Corie, est sur un petit nuage lorsque le séduisant roi Jameson lui déclare sa flamme. Il l’a choisie et fera d’elle sa reine. Le rêve! Mais Hollis réalise que porter la couronne n’ira pas sans responsabilités et se demande si elle sera vraiment heureuse. Les choses se corsent lorsqu’elle rencontre un beau roturier qui a le pouvoir de lire dans son cœur. 

Royaume imaginaire

Kiera Cass, en entrevue de sa résidence de la région de Roanoke, en Virginie, raconte avoir mêlé plusieurs éléments qui la passionnent pour créer cette nouvelle série. «J’aime tout ce qui concerne Henri VIII, l’époque des Tudors, la mode au temps de la Renaissance. Je me suis aussi inspirée de l’histoire de Ruth, une femme formidable dans la Bible.»

Elle a ainsi créé un pays imaginaire, le royaume de Corie, cohérent dans le moindre détail. «Je voulais placer cette histoire dans le passé, mais je n’arrivais pas à trouver le cadre approprié. Ensuite, je me suis dit, je vais la placer dans un futur que je vais imaginer. De cette façon, je contrôle toutes les règles.»

Et puisqu’elle pouvait créer un futur... elle a décidé de créer aussi un passé. «Et pourquoi pas mon propre continent, mon propre royaume, mes propres lois à travers lesquelles mes personnages doivent naviguer. J’ai fait des tonnes de recherches sur l’époque, pour donner un ancrage réel à mon histoire, mais c’est mon propre univers.»

Elle aime particulièrement le tempérament enjoué de Hollis Brite, héroïne de La Fiancée. « Elle est pleine de vie, d’espoir, d’optimisme. Elle est différente du personnage d’America Singer dans La Sélection, ou de Kahlen dans La Sirène, qui va un peu vers le côté sombre. »

Cœur ou raison?

Kiera Cass place Hollis devant un dilemme : choisir entre le cœur et la raison. Elle rit quand on lui fait remarquer que bien des gens ont été aux prises avec cela. «C’est un problème pour la plupart d’entre nous... et c’est bien ainsi. En lisant de la fiction, par contre, on peut prendre une pause de nos propres problèmes. Mais comme Hollis doit prendre la tête d’un royaume, ses problèmes sont assez importants!»

Elle a adoré travailler sur ces choix de vie. «J’aime lui faire traverser des épreuves. Quand on a un choix à faire entre le rationnel et un ressenti très fort, ça ne se passe pas en une minute : on y réfléchit longtemps. C’est intéressant parce que j’ai pu explorer toutes les avenues possibles... mais en même temps, ça me brise le cœur parce que je sais qu’elle en arrache! La décision n’est pas facile à prendre. Je sais que ça a l’air étrange... mais j’aime que mes personnages prennent leurs propres décisions. Quand ils ne le font pas, je dois tout réécrire!»

Et Kiera Cass elle-même serait-elle du type cœur ou du type raison, placée devant le choix de Hollis? «On aimerait tous dire qu’on choisirait la raison... mais c’est un mensonge. Mon cœur et mon ressenti intérieur sont au premier plan dans mon processus de prise de décision.»  

  • Kiera Cass a écrit la série best-seller La Sélection, qui sera adaptée en série sur Netflix.  
  • Il y aura deux tomes dans la série La Fiancée.  
  • Elle travaille déjà sur le prochain projet.     

EXTRAIT  

La fiancée<br/>
Kiera Cass<br/>
Éditions Robert Laffont<br/>
240 pages.
Photo courtoisie
La fiancée
Kiera Cass
Éditions Robert Laffont
240 pages.

«Je l’avoue, Jameson me plaît. Il faudrait être de glace pour ne pas tomber sous son charme. Bien fait de sa personne, riche à millions et, cerise sur le gâteau, souverain de Corie. Excellent danseur, qui plus est : on ne s’ennuie jamais en sa compagnie, à condition qu’il soit de bonne humeur. Mais je ne suis pas sotte. Ces derniers mois, je l’ai vu papillonner, passer d’un joli minois au suivant.»