/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Un stress constant pour les personnes autistes

Témoignage d’un homme vivant avec le syndrome d’Asperger qui enjoint les citoyens à respecter les règles

David Gauthier
Photo Didier Debusschère David Gauthier atteint du syndrome d’Asperger témoigne de sa situation en temps de COVID-19 alors que les changements liés à la pandémie ont un impact sur sa vie.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme vivant avec le syndrome d’Asperger qui a dû mettre sa carrière sur pause en raison de l’anxiété générée par la crise lance un cri du cœur aux personnes qui refusent de respecter les règles sanitaires. 

Le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme très légère qui se distingue, entre autres, par des intérêts très précis, la peur du changement et les difficultés sociales, explique David Gauthier, qui vit avec ce trouble depuis toujours. 

En temps de pandémie, la vie en société n’a jamais été aussi stressante et anxiogène pour l’homme de 38 ans. Notamment avec les changements constants des règles sanitaires et l’affrontement entre ceux qui suivent les mesures et les autres.

« Je vois des personnes qui ne respectent pas nécessairement à la lettre ces mesures-là et ça m’affecte plus que les autres », raconte celui qui est magasinier à l’hôpital Saint-François d’Assise, à Québec. 

« Pour moi, quand tu ne portes pas le masque ou que tu ne respectes pas la distanciation, c’est comme si tu entrais dans mon intimité », précise-t-il. 

Le non-respect des règles de certains, jumelé à toutes les réactions contre le masque dans les derniers jours, a été la goutte qui a fait déborder le vase. 

Confronté à énormément de stress dû à la pandémie et en l’absence de filtre à cause de son syndrome, M. Gauthier a « félicité » des collègues qui ne portaient pas de masque et qui se tenaient les uns près des autres. Les personnes qu’il visait se sont ensuite moquées de lui et l’ont insulté, affirme-t-il. 

« Ça m’a énormément affecté », indique l’homme qui est désormais en arrêt de travail. Pensées négatives, impact sur l’estime personnelle et crises de larmes... David Gauthier a dû aller chercher de l’aide pour ne pas commettre l’irréparable.  

Une responsabilité 

Par son témoignage, l’homme souhaite signaler aux personnes qui, comme lui, vivent avec le syndrome d’Asperger, qu’elles ne sont pas seules. Sachant très bien que la COVID-19, qui a fait sauter la « structure » de la routine quotidienne, peut être très difficile pour plusieurs d’entre eux, il les invite à demander de l’aide, au besoin. 

Mais il estime aussi que la population en général devrait écouter les conseils de la Santé publique et qu’elle devrait tirer des leçons de l’histoire, puisque « ce n’est pas terminé ». 

« On est devant une grande inconnue, mais on a déjà connu des situations similaires de pandémie par le passé, avec des deuxièmes et troisièmes vagues. On a tous une responsabilité pour protéger autrui, un devoir social », conclut-il. 

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.