/travel/destinations/quebec
Navigation

Les vacances profitent aux entrepreneurs de la Mauricie

Coup d'oeil sur cet article

Les vacances de la construction ont été, pour plusieurs entrepreneurs de la Mauricie–Centre-du-Québec, une belle surprise, les touristes québécois ayant été au rendez-vous.

Au Domaine & Vins Gélinas, les employés doivent remplir les rayonnages plusieurs fois par jour, puisqu'environ 250 clients défilent quotidiennement.

«Pour nous, c'est une augmentation de 25%. C'était une belle surprise! On ne s'attendait pas à cet achalandage. D'autant plus que les visiteurs internationaux ne sont pas présents. Cette semaine, nous avons embouteillé 10 000 nouvelles bouteilles. Cet inventaire sera vendu en un mois», a expliqué le copropriétaire du Domaine, Frédéric Gélinas, à TVA Nouvelles.

À quelques kilomètres de là, la copropriétaire de la boutique Rien ne se perd, tout se crée..., de Saint-Sévère, confirme aussi une hausse de sa clientèle.

«Peut-être une augmentation de 5 à 10%. C'est difficile à chiffrer tellement on n'arrête pas. Par contre, ce qu'on remarque, c'est la différence dans les différentes régions. On distribue dans 80 points de vente et dans les boutiques du Vieux-Montréal et de Québec, les chiffres ne sont pas là. Tout le contraire ici, à Saint-Sévère, et dans les régions! Les Québécois quittent les grands centres», a analysé Marie-Claude Trempe.

Au Ranch Dupont, la famille compte trois fois plus de clients qu'à pareille date l'année dernière. Des voisins et des bénévoles ont été appelés en renfort pour répondre à la demande.

«L'année passée, on tournait avec 50 ou 70 personnes par jour en semaine et 100 à 150 les fins de semaine. Cette année, on est plus à 200 à 250 par jour la semaine et 400 jusqu'à 600 la fin de semaine! On ne s'attendait pas à ça! D'autant plus qu'avec la pandémie, on ne savait pas à quel moment on allait ouvrir notre site», a expliqué la copropriétaire du Ranch Jolyane Campanozzi.

Historiquement bas

Tous ne profitent cependant pas de la manne touristique. À la Cité de l'Énergie, l'impossibilité d'offrir des spectacles en raison de la pandémie et les mesures sanitaires entraînent un achalandage historiquement bas, avec une moyenne de 18 visiteurs par heure. Donc, une centaine de personnes visitent l'attrait touristique de Shawinigan par jour, contre 800 à 900 à pareille date l'an dernier.

«C'est un été complètement différent de ce qu'on a toujours connu. Par contre, le côté positif est qu'on a autant d'employés, donc les visites sont plus encadrées et l'expérience client est personnalisée», a expliqué le responsable de l'animation à la Cité de l'Énergie, Mario Lachance.

Cette baisse d'achalandage à la Cité a des répercussions dans les lieux d'hébergement de la ville. Comme les forfaits avec le spectacle Nezha, l'enfant pirate du Cirque Éloize ont été annulés, l'Auberge Gouverneur Shawinigan perd des milliers de clients cet été.

«Je dois dire que, dans les circonstances, on est plutôt contents. Pendant les deux semaines de la construction, on fonctionnait à 75%. Un gain financier qui fait du bien, mais ça ne va pas absorber le reste de la saison, qui est plus difficile», a expliqué la nouvelle directrice générale de l'hôtel, Rachel Larivière.

Tourisme Mauricie anticipe des pertes économiques importantes. L'absence des visiteurs internationaux et le tourisme d'affaires qui repart très lentement font mal aux différents joueurs du secteur, incluant plusieurs musées qui fonctionnent à 25% de leur capacité.

Un sondage sera fait auprès des membres, et un bilan officiel sera présenté dans les prochaines semaines.