/world/europe
Navigation

Rentrée scolaire partiellement masquée en Allemagne

Coup d'oeil sur cet article

ROSTOCK | Premiers en Europe, des milliers d’élèves du nord de l’Allemagne ont repris, lundi, le chemin de l’école avec l’obligation de respecter certaines règles sanitaires, alors que les nouvelles infections à la COVID-19 repartent à la hausse. 

Partis mi-juin en vacances, les quelque 150 000 élèves de Mecklembourg–Poméranie-Occidentale, région du Nord-Est allemand, sont ainsi les premiers à retourner à l’école dans une configuration proche de la normale après des mois d’interruption et des cours principalement en ligne.

«Les enfants avaient besoin d’être présents à l’école, car il faut éviter que le retard ne s’accroisse», explique à l’AFP Steffen Kästner, directeur de l’école CJD Jugenddorf-Christophorus à Rostock.

Certaines règles doivent désormais être respectées afin d’éviter, autant que possible, une transmission du coronavirus qui, avec plus de 500 nouveaux cas hebdomadaires, connaît ces dernières semaines une accélération du nombre d’infections dans le pays.

Les élèves sont regroupés en classes d’âge au sein de l’établissement, de sorte que les 1res et 2es années ne croisent par exemple plus les 3es et 4es années, notamment avec un décalage des heures de cours. Si un cas positif survenait, ce système éviterait de fermer toute l’école, mais seulement de placer la classe en quarantaine.

Le port du masque n’est, par contre, obligatoire que dans les couloirs de l’établissement. Les salles de classe sont régulièrement aérées et les élèves doivent respecter les gestes barrières comme le lavage régulier des mains et éviter au possible les embrassades.

L’établissement, qui regroupe collège et lycée, accueille 1350 élèves. Seuls deux manquent à l’appel, une décision de leurs parents, «qui appartiennent à un groupe à risque», précise le directeur, mais tous les enseignants sont présents.

Il se veut optimiste pour la suite, rappelant que sa région a, jusqu’ici, plutôt été épargnée par la COVID-19 qui n’y a fait que 20 victimes depuis le début de la crise sur les quelque 9148 décès que compte l’Allemagne.

Un socle commun des mesures d’hygiène permettant une rentrée proche de la normale dans les écoles a été adopté, mi-juillet, par les Länder qui, fédéralisme oblige, peuvent décider d’aller plus loin s’ils le souhaitent.

Cependant, il serait «illusoire» de penser que les écoles «vont revenir à un fonctionnement normal», a prévenu Saskia Esken, dirigeante des sociaux-démocrates, partenaires minoritaires de coalition dans le gouvernement d’Angela Merkel.