/news/society
Navigation

La communauté libanaise du Québec est bouleversée

La communauté libanaise du Québec est bouleversée
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La communauté libanaise vivant au Québec est sous le choc après les explosions qui ont détruit une partie de Beyrouth, mardi.

• À lire aussi - Un homme d’affaires d’ici parmi les victimes

• À lire aussi - Horreur au Liban: au moins 100 morts, Beyrouth dévastée

« On est dans un état second. La communauté est triste, inquiète, impuissante. C’est tragique ce qui se passe », a lâché Lamia Charlebois.

Comme plusieurs, la consultante en relations publiques montréalaise a passé la journée de mardi à multiplier les appels afin de s’assurer que tous ses proches vivant au Liban sont sains et saufs, mais la communication était très difficile.

« J’ai un frère qui ne répondait pas. Je suis devenue folle. Un cousin s’est assuré qu’il allait bien », a-t-elle précisé.

Aref Salem, conseiller dans l’arrondissement Saint-Laurent à Montréal, est lui aussi bouleversé par les événements.

« J’ai des amis qui m’ont montré des atrocités. Ils ont ramassé leurs affaires dans la rue. Jusqu’à maintenant, le monde [que je connais] est en sécurité. Dans mes proches, il y a une personne qui a été blessée, une dame dans les 80 ans », a-t-il relaté.

  • Écoutez la chronique de la psychologue et essayiste Rachida Azdouz sur ce sujet, à QUB Radio:

Souvenirs de la guerre

Les parents de l’informaticien montréalais Môhamed Akil, qui vivent près du port, ont eux aussi été secoués.

« Toutes les vitres de la maison se sont fracassées. Mon père a été projeté dans le mur et ça lui a pris cinq minutes avant de retrouver l’ouïe, mais il est correct », a raconté M. Akil.

La gigantesque détonation a fait rejaillir de sombres souvenirs des années de conflits armés au Liban. 

« Mon père a été témoin de plusieurs guerres. Il n’avait jamais vu une explosion pareille », a-t-il continué.

Le politicologue Sami Aoun a dressé la même comparaison.

« Pendant une quinzaine d’années, il y a eu des missiles et des attaques, mais cette fois-ci, en quelques secondes, les dégâts et les dommages sont égaux à ceux de la guerre », a-t-il illustré.

- Avec Nora T. Lamontagne et Jonathan Tremblay