/world
Navigation

Virus: le masque obligatoire gagne du terrain en Europe, plus de 700 000 morts dans le monde

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | L’usage obligatoire du masque gagne rapidement du terrain dans les villes d’Europe face au coronavirus, notamment en France et aux Pays-Bas, face à la menace d’une reprise incontrôlée de l’épidémie qui a franchi la barre des 700 000 morts dans le monde. 

Dès mercredi, le masque sera obligatoire même à l’extérieur dans les zones les plus fréquentées de Toulouse, dans le sud-ouest de la France. Il en sera très prochainement de même à Paris et dans d’autres villes, ont annoncé les autorités. 

Une mesure similaire entre en vigueur mercredi dans le célèbre Quartier Rouge d’Amsterdam et dans les quartiers commerçants de Rotterdam.

Au total, 700 489 décès sur 18 547 833 cas déclarés ont été recensés dans le monde depuis la découverte de la maladie en Chine en décembre, selon un comptage de l’AFP mercredi matin. L’Europe reste la région la plus touchée avec 211 365 morts.

Le nombre de morts dus à la COVID-19 a doublé depuis le 26 mai et 100 000 décès supplémentaires ont été détectés depuis un peu moins de trois semaines.

La nervosité semble gagner le gouvernement français alors que l’instance scientifique qui le guide juge «hautement probable qu’une seconde vague épidémique soit observée à l’automne ou l’hiver».

«Le virus circule de façon plus active, avec une perte accentuée des mesures de distanciation et des mesures barrières: l’équilibre est fragile et nous pouvons basculer à tout moment dans un scénario moins contrôlé comme en Espagne par exemple» a mis en garde le Conseil scientifique mardi.

Le gouvernement irlandais a pour sa part décidé de repousser la dernière phase de son déconfinement, qui comprend notamment la réouverture de tous les pubs, ainsi que celle des bars et hôtels. L’Irlande a également décidé de rendre obligatoire le port du masque dans les magasins et centres commerciaux à partir du 10 août.

«Efforts acharnés»

Aux États-Unis, le président Donald Trump s’est une nouvelle fois voulu résolument optimiste, affirmant que «certains indicateurs montrent que nos efforts acharnés pour contenir le virus fonctionnent très bien en fait».

Le pays a toutefois enregistré 1 302 nouveaux décès liés à la COVID-19 au cours des dernières 24 heures, selon le dernier comptage de l’université Johns Hopkins. Le total s’établit désormais à plus 156 000 morts.

Le Brésil, deuxième pays le plus touché au monde, compte désormais près de 96 000 morts. L’Argentine a de son côté annoncé des chiffres records de 168 décès et 6 792 infections au cours des 24 dernières heures, selon le ministère de la Santé. 

Aux Philippines, plus de 27 millions de personnes à Manille et dans quatre provinces voisines, soit environ le quart de la population de l’archipel, ont été reconfinées mardi avec à peine 24 heures de préavis. 

Suppressions d’emplois

Le virus continue par ailleurs de bouleverser l’économie mondiale et de semer le chaos dans les bilans et projets des entreprises.

La compagnie aérienne Virgin Australia, victime comme beaucoup d’autres de l’effondrement du secteur du voyage, a annoncé mercredi qu’elle allait fermer l’une de ses filiales et supprimer 3 000 postes.

La plateforme de réservation d’hébergement en ligne Booking.com a annoncé mardi qu’elle réduirait jusqu’à un quart de ses effectifs mondiaux, qui s’élèvent actuellement à 17 500 personnes.

Les groupes britannique Pizza Express et français Accor ont également annoncé 1 000 ou plus suppressions d’emplois chacun pour survivre à la pandémie.

Quant au géant américain Disney, dont les activités dans les parcs d’attractions, des croisières, de l’événementiel ont plongé de 85 % au deuxième trimestre, il a décidé de mettre l’accent sur le streaming direct de contenus aux consommateurs. Ce sera notamment le cas de sa très attendue superproduction «Mulan». 

Aux États-Unis, républicains et démocrates ont poursuivi mardi leurs discussions pour trouver un accord sur une nouvelle aide pour les millions d’Américains au chômage à cause de la COVID-19, mais aussi pour les entreprises en difficulté et les collectivités locales.

Moins de cancers

Les efforts pour trouver un vaccin se poursuivent parallèlement aux quatre coins du monde.

La société de biotechnologies américaine Novavax, qui a reçu 1,6 milliard de dollars de Washington pour développer un vaccin contre le nouveau coronavirus, a annoncé mardi que son vaccin expérimental avait produit de hauts niveaux d’anticorps chez quelques dizaines de volontaires.

L’Organisation mondiale de la Santé a insisté mardi sur la nécessité de respecter les protocoles et réglementations en vigueur dans le développement d’un futur vaccin, alors que la Russie a promis des «millions» de vaccins dès début 2021.

«Tout vaccin et tout médicament à cette fin doivent bien sûr être soumis à tous les différents essais et tests avant d’être homologués pour leur déploiement», a souligné le porte-parole de l’OMS Christian Lindmeier, interrogé sur les annonces russes au cours d’une conférence de presse en ligne.

Le personnel soignant continue de payer un lourd tribut à la maladie.

En Afrique du Sud, quelque 24 000 membres du personnel de santé ont été infectés par le nouveau coronavirus depuis le début de la pandémie, et 181 en sont morts, a annoncé mercredi le ministre de la Santé Zweli Mkwize.

Avec plus de 520 000 cas confirmés, dont plus de 8 000 morts, l’Afrique du Sud est le pays le plus touché du continent africain.