/news/politics
Navigation

WE Charity pourrait avoir enfreint les lois sur la vie privée

WE Charity pourrait avoir enfreint les lois sur la vie privée
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

WE Charity pourrait avoir enfreint les lois sur la vie privée en transférant des renseignements des demandeurs de la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant à l'extérieur du pays. 

• À lire aussi: «Dans le doute, dites la vérité»

• À lire aussi: Déclaration fausse du cofondateur de WE Charity

• À lire aussi: Odeur de remaniement

C’est ce qu’indique le Parti Conservateur qui demande au commissaire à la protection de la vie privée de faire enquête sur la plateforme «jeveux-aider.org» conçue par l’entreprise américaine JazzHR.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Les étudiants qui souhaitaient bénéficier de la bourse fédérale devait s’inscrire sur cette plateforme en fournissant des renseignements personnels. Bien que WE Charity ne soit plus l’administrateur du programme, le site a déjà enregistré les données de plusieurs milliers de jeunes demandeurs.

Or, les conditions d’utilisations de la plateforme indiquent que WE Charity peut transférer les renseignements des demandeurs «à différents endroits, notamment aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni». L’organisme peut de plus faire appel à des entreprises tierces pour «analyser les données, à mener des recherches, mesurer l’efficacité des publicités ou fournir les résultats de recherche».

«Quand les Canadiens s’inscrivent à des programmes financés par les contribuables, nous pouvons raisonnablement supposer que leurs renseignements personnels sont stockés au Canada et protégés en vertu de lois canadiennes sur la protection de la vie privée, a dit la députée conservatrice Rempel Garner. Il est aussi inquiétant que des renseignements recueillis par l’intermédiaire de la BCBE puissent avoir été transmis à de tierces parties. L’organisme UNIS doit rendre publics les sous-contrats conclus quant à l’utilisation de cette information.»