/news/politics
Navigation

Dominique Anglade écorche deux ministres de Québec

Elle réclame davantage de leadership pour le tramway

La cheffe libérale Dominique Anglade doute de la sincérité des élus caquistes de Québec vis-à-vis le projet de tramway. « En termes de leadership, ils n’en ont pas fait la démonstration », a-t-elle indiqué en entrevue.
Photo Jean-François Desgagnés La cheffe libérale Dominique Anglade doute de la sincérité des élus caquistes de Québec vis-à-vis le projet de tramway. « En termes de leadership, ils n’en ont pas fait la démonstration », a-t-elle indiqué en entrevue.

Coup d'oeil sur cet article

La nouvelle cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, accuse le gouvernement Legault de manquer de leadership pour assurer la réussite du projet de tramway et son arrimage à un éventuel troisième lien. 

De passage dans la capitale nationale à l’occasion de sa tournée estivale, la cheffe libérale a reproché aux élus caquistes de se faire trop discrets au sujet du projet de réseau structurant.

Rappelons que ce mégaprojet de transport en commun est présentement sous la loupe du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), qui tient des consultations depuis le mois dernier.

Même s’il s’agit d’un projet de l’administration Labeaume, Mme Anglade estime que les ministres de la région devraient être plus «engagés» dans sa réussite.

«Sur le projet de tramway, il y en a un qui était pour, puis il y en a un qui était contre : vous aviez Jonatan Julien, puis vous aviez Éric Caire. Les deux, à deux positions opposées, a-t-elle rappelé. [...] Et là, on n’entend plus un son.»

Selon Mme Anglade, les deux ministres devraient signifier plus clairement à quelle enseigne ils logent. Elle met carrément en doute la sincérité de l’appui du gouvernement caquiste envers le projet. «En termes de leadership, ils n’en ont pas fait la démonstration», a-t-elle indiqué en entrevue.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Pour le tramway et le 3e lien

Pour la cheffe libérale, ni la COVID-19 ni les changements apportés au projet de tramway dans les derniers mois ne doivent remettre en question sa nécessité.

«Je reste persuadée que c’est la voie à emprunter, croit Mme Anglade. [...] D’un point de vue philosophique, quand on compare notre capitale nationale à n’importe quel autre endroit dans le monde de cette taille, elle mérite d’avoir un réseau structurant, point.»

Quant au troisième lien, «on est toujours en faveur», assure la cheffe du PLQ. Or sans coûts ni échéancier, il devient plus difficile de se «prononcer officiellement», a-t-elle observé.

«Ça va faire deux ans qu’ils sont au gouvernement et on n’a pas encore vu le début d’un commencement de réponse en termes d’échéancier puis de données et d’argent», a-t-elle souligné.

Bien faire les choses

Elle s’avoue d’ailleurs assez «pessimiste» quant à la possibilité, pour le gouvernement caquiste, de réussir à faire une première pelletée de terre d’ici 2022. 

«J’ai des gros doutes», a dit Mme Anglade, en qualifiant cette promesse électorale de «racoleuse».

Plutôt que de dessiner un tracé «sur un coin de table», le gouvernement Legault devrait prendre le temps de «bien faire les choses», notamment en assurant un meilleur arrimage entre les projets de tramway et de troisième lien, a-t-elle plaidé.

«S’ils reviennent [sur leur promesse], puis ils disent : “c’est peut-être préférable d’attendre à 2023 pour bien faire les choses”... Moi, je vais être la première à dire : “écoutez, si vous pensez que c’est la bonne chose pour avoir le bon projet, bien que ce soit ça!”»