/finance/business
Navigation

Québecor grimpe, Bell en baisse

Logo de Québecor modifié, é au premier e.
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Québecor a vu son bénéfice net bondir de 34,7 millions $ au dernier trimestre pour atteindre 174,9 M$, alors que Bell en prenait pour son rhume avec la COVID-19.

Le géant québécois des télécoms a dévoilé jeudi des revenus de 1 milliard $, en baisse de 5 % par rapport au 2e trimestre 2019. La filiale Vidéotron a vu une forte augmentation de ses revenus, au niveau de la vente d’équipements (22,5 millions $, soit 43,8 %) et de la téléphonie mobile (13,3 M$, soit 9,1 %).

«Dans le contexte difficile de la COVID-19, Québecor a démontré l’excellence de sa gestion opérationnelle et financière avec une croissance trimestrielle supérieure aux grands joueurs nationaux», a souligné le PDG de l’entreprise, Pierre Karl Péladeau.

«On sent une certaine panique de la part de nos compétiteurs, parce que nos résultats du deuxième trimestre sont très bons, a pour sa part soutenu le PDG de Vidéotron, Jean-François Pruneau, lors d’un appel avec des analystes financiers. La concurrence est très compétitive au niveau des prix, mais ce n’est pas la manière dont nous, on [attire] de nouveaux clients.»

Du côté de Groupe TVA, les revenus sont en forte baisse. Le secteur média a vu fondre de 57,4 M$ (-30,2 %) son chiffre d’affaires, et les sports et divertissements ont perdu 15,4 M$. Les bénéfices nets ont toutefois été légèrement meilleurs qu’au 2e trimestre 2019. Les parts de marché de Groupe TVA ont aussi progressé. LCN a été la locomotive de cette hausse : ses parts ont augmenté de 5,1 % pour atteindre 10,6 %. C’est la chaîne spécialisée la plus écoutée du Québec.

  • ÉCOUTEZ la chronique de Michel Girard à QUB radio :

Dégringolade chez Bell

La situation est moins rose chez Bell. Les revenus ont chuté de 9 %, pour s’établir à 5,35 milliards $. Les profits ont baissé de 64 %, passant de 817 M$ à 294 M$.

Malgré tout, BCE estime qu’elle repose sur des assises solides pour assurer sa croissance, a soutenu le chef de la direction financière, Glen LeBlanc.

Cette performance en demi-teinte n’a pas surpris la plupart des analystes. 

«Nous continuons à voir des risques importants dans les résultats futurs de BCE en raison de la pandémie, étant donné qu’elle a la plus grande exposition aux revenus d’entreprise de l’industrie et une [place] significative [dans l’industrie des] médias [...]», a commenté l’analyste Maher Yaghi de Desjardins. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.