/sports/opinion/columnists
Navigation

Une victoire de plusieurs millions

HKN,HKO,SPO-PITTSBURGH-PENGUINS-V-MONTREAL-CANADIENS
Photo AFP Une autre victoire ce soir du Canadien ferait plaisir aux partisans... et aux réseaux de télévision.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a de ces victoires qui peuvent valoir des millions de dollars. Une victoire du Canadien ce soir contre les Penguins vaut ces millions.

Si ce n’est pas ce soir, ce sera celle de demain qui permettra aux Glorieux d’enfin participer aux séries éliminatoires. Les vraies. Celles qui comptent.

C’est le contexte qui donne tant de valeur à cette victoire ultime à aller chercher contre les Penguins.

Geoff Molson et France Margaret Bélanger s’arrachent les cheveux pour aller chercher des revenus pour amortir les effets terrifiants du dernier confinement.

Et pour faire face à une reprise qui est loin d’être assurée en décembre prochain.

VENDRE DES TICKETS

Les vendeurs du Centre Bell ont beau être compétents et faire des efforts inouïs, les clients sont réfractaires à l’idée de payer 15 000 $ pour deux abonnements pour un produit que personne ne connaît encore.

Foule de 21 000 spectateurs ? Foule avec distanciation sociale de 7000 spectateurs ? Matchs à huis clos ? Personne n’a la réponse d’Horacio Arruda.

Mais en battant les Penguins ce soir ou au pis aller demain, le Canadien donne de l’espoir aux fans. Et génère un intérêt qui est vendeur.

Ça serait la première fois depuis cinq ans que le CH gagnerait un match déterminant dans une série quelconque. Depuis qu’ils ont vaincu les Sénateurs d’Ottawa en avril 2015. Ça n’a pas de prix quand vient le temps de vendre pour des millions de dollars d’abonnements de saison.

Pour la première fois depuis des lunes, le Canadien mériterait un peu de respect et beaucoup d’affection de leurs fans... ordinaires. Ceux, moins passionnés, qui font la différence dans le coffre-fort.

ET IL Y A LA TÉLÉVISION

Une victoire qui vaut des millions ? Pas juste pour Geoff Molson. Depuis que Sportsnet et TVA ont raflé pour 5,2 milliards les matchs des séries éliminatoires, TVA a cruellement souffert de la médiocrité du CH. On le réalise encore cette année. Même si la série contre Pittsburgh est une série de qualification, les fans la perçoivent comme une vraie série éliminatoire. Et les chiffres montrent l’impact d’avoir le Canadien dans le sprint final. On a déjà atteint une pointe à plus d’un million pour le match de lundi avec une moyenne d’audience supérieure à 800 000 téléspectateurs.

C’est du monde pour un canal spécialisé. Et avec cette victoire tant espérée par les dirigeants de Québecor, TVA Sports aurait droit à une belle « ride » de deux autres semaines en se servant du Canadien pour vendre le reste de sa programmation. Quand le match du Canadien tire un million, il y a des chances qu’une partie de ce million de fans reste devant l’écran pour le match suivant. Ou pour Dave Morissette.

On le sait, le réseau est largement déficitaire. Malheureusement, la médiocrité de l’équipe montréalaise a contribué à ces déficits annuels. Le reste du Canada peut toujours se retourner vers Vancouver, Calgary, Ottawa, Winnipeg ou Edmonton pour tenir le fort quand les Maple Leafs de Toronto font patate. Au Québec, tant que Gary Bettman va bloquer le retour des Nordiques, le Canadien est en situation de monopole. Même quand il est minable et misérable.

MÊME LA RADIO

Victoire importante même pour la radio. La programmation sportive du 98,5 dépend essentiellement du Canadien. L’Impact est dans les limbes et nul ne sait si les Alouettes vont disputer un match en 2020. Avec une victoire ce soir ou demain, Martin McGuire va pouvoir étourdir ses auditeurs deux autres semaines. C’est du bon cash.

Et à la radio sportive de Montréal, le 91,9, on prie sans le dire pour que le Tricolore complète son miracle : « Nous avons pris une très bonne décision en entamant notre saison régulière de programmation le 27 juillet. Si on pouvait en plus compter sur le Canadien pour quelques semaines, ce serait un beau coup de pouce. Même pour la confiance de nos entreprises », soulignait hier Robert Ranger, le président de RNC média.

Dans leur bulle, les joueurs n’en ont rien à cirer de ces enjeux qui se jouent au-dessus de leur tête. Soit dit en passant, ils ne seraient pas dans une bulle qu’ils s’en sacreraient quand même.

Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont riches...

Encore un effort, les p’tits gars. 

François Legault doit y voir 

Donc, je porte mon masque. Et je me lave les mains. Et je demande aux enfants de faire attention avec leurs « chills ».

Je pense être un citoyen responsable. Mais ça ne veut pas dire que j’ai décidé de confier ma vie et la conduite de ma vie à Horacio Arruda et à Richard Massé.

Je n’ai jamais voté pour les deux docteurs. En aucun moment, je ne leur ai confié le mandat de rayer les sports de combat de la culture du Québec.

Si François Legault veut abolir la boxe professionnelle et les arts martiaux mixtes, si M. Legault veut abolir les sports et les fédérations de judo et de karaté, il peut s’essayer. Qu’il l’annonce dans une campagne électorale, qu’il débatte du sujet et, une fois élu, après avoir entendu les différentes parties et évalué la situation en tenant compte de la réalité internationale et politique même à l’intérieur du Québec et des territoires autochtones, alors, il fera ce qu’il jugera bon.

Mais je ne l’ai jamais élu pour qu’il fasse faire la job sale par deux docteurs.

Le 11 août, mardi, Camille Estephan et les dirigeants des fédérations de sports de combat vont rencontrer la Santé publique. On va voir qui mène au Québec.

ET LE HOCKEY JUNIOR ?

Par ailleurs, c’est le même Arruda qui vient d’approuver le plan de relance de la Ligue junior majeure du Québec. Voyages en autobus aux quatre coins du Québec et dans les Maritimes, matchs disputés devant des spectateurs, couchers dans des motels bien ordinaires... et surtout, pas de tests obligatoires pour les joueurs et le personnel.

Et ces gens interdisent la tenue de combats alors que tous les participants seront confinés dans une bulle sécurisée avec une batterie de tests dans la semaine ?

M. Legault, j’espère que vous allez y voir.