/sports/hockey
Navigation

Consternation chez le Wild

Consternation chez le Wild
AFP

Coup d'oeil sur cet article

C’était de la stupéfaction qui se lisait sur le visage des joueurs du Wild du Minnesota vendredi soir, après leur élimination des séries de la Ligue nationale.

• À lire aussi: Quand la foi déplace des montagnes

Lors du quatrième match de la ronde qualificative les opposant aux Canucks de Vancouver, la formation américaine était en contrôle 3 à 1 à un certain moment de la partie, mais elle a vu ses rivaux l’emporter 5 à 4 en prolongation.

«Quand tu as une avance, spécialement avec le groupe que nous avons, tu t’attends à ce que le travail soit fait et à obtenir le bon résultat à la fin de la soirée», a exprimé Eric Staal après la rencontre.

Beaucoup plus expérimenté que les Canucks, le Wild a été surpris par la fougue et la vitesse de ses jeunes adversaires. Le Minnesota n’a d’ailleurs pas vraiment été en possession de la rondelle en prolongation, alors que Christopher Tanev a touché la cible après seulement 11 secondes de jeu.

«C’est une fin décevante, spécialement avec la vitesse à laquelle ça s’est terminé en prolongation, a dit Staal. Nous aimerions avoir plus de temps. C’est nul.»

«C’est difficile à accepter en ce moment. Ç’a été tellement rapide et, tout d’un coup, c’était terminé, a renchéri le défenseur Jared Spurgeon. Nous avions travaillé fort. Que ça se termine ainsi, c’est horrible.»

Soulagement à Vancouver

Du côté des Canucks, c’est plutôt un poids qui a quitté les épaules de plusieurs joueurs.

«Cette organisation a traversé beaucoup de choses, a exprimé avec émotion l’attaquant Bo Horvat. Ces quatre dernières années, nous n’avons pas fait les séries et ça nous a fait mal au cœur. Nous voulions faire nos preuves et jouer avec ardeur. Nous avons un super groupe de gars, ici, et pouvoir enfin remporter une victoire en série éliminatoire, c’est incroyable. Ça fait vraiment du bien, mais nous avons encore beaucoup de travail à faire.»

Tous les membres du club étaient aussi très heureux que ce soit Tanev, le héros du jour. Le vétéran de 30 ans est le deuxième joueur avec le plus d’ancienneté chez les Canucks, lui qui porte leur uniforme depuis la saison 2010-2011.

«C’est un guerrier, il est un excellent mentor pour nos jeunes joueurs et un excellent coéquipier, a affirmé l’entraîneur-chef, Travis Green, en parlant de son arrière. Il a été là quand Vancouver a connu de très bons moments et il a également traversé des moments difficiles. Il joue un rôle important dans ce que nous essayons de faire. Je suis très content pour lui.»