/news/currentevents
Navigation

Liban: le Canada va égaler les dons personnels

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Le gouvernement fédéral s’est engagé samedi à égaler les dons des Canadiens et a lancé le Fonds de secours pour le Liban, dans la foulée des explosions qui ont détruit une partie de Beyrouth.

• À lire aussi: Les Libanais en colère manifestent à Beyrouth pour demander des comptes

• À lire aussi: Explosion de Beyrouth: démission en série de députés

Ainsi, pour tous les dons individuels faits entre le 4 et le 24 août aux partenaires de la Coalition humanitaire du Canada, Ottawa enverra à son tour une somme d’argent au pays du Cèdre.

En fonction de la générosité du public, la valeur de l’aide canadienne pourrait s’élever à deux millions $, a précisé le gouvernement Trudeau par communiqué.

«La situation à Beyrouth reste critique et une action humanitaire coordonnée est nécessaire pour répondre à cette terrible tragédie», a déclaré la ministre du Développement international, Karina Gould, incitant les Canadiens à être généreux.

Pour venir en aide à ce petit pays du Proche-Orient, qui est déjà frappé par l’une des pires crises économiques de son histoire, les Canadiens peuvent soutenir financièrement la Coalition humanitaire du Canada, dont font partie Oxfam-Québec, Médecins du Monde, ou encore Vision Mondiale Canada, notamment.

Le Canada a aussi annoncé une série de mesures pour répondre aux besoins humanitaires à Beyrouth, notamment en accordant un don de 1,5 million $ à la Croix-Rouge libanaise.

Plusieurs acteurs de la diaspora se sont aussi mobilisés. Des dirigeants d’entreprises d’origine libanaise et des leaders de la communauté ont fondé la Coalition libanaise-canadienne (CLC), qui vise à récolter 2,5 millions $ qui seront redistribués à la Croix-Rouge libanaise et à la Coalition humanitaire du Canada.

«La dévastation physique et mentale causée par l'explosion menace de hanter Beyrouth pour de nombreuses décennies. Cette ville historique et joyeuse et ses habitants méritent une nouvelle chance de faire revivre la beauté du Liban dans les rues de Beyrouth et du monde entier», peut-on lire dans un communiqué envoyé samedi par la CLC.

La capitale libanaise est en partie sinistrée depuis deux explosions dans le secteur du port qui ont fait plus de 150 morts et des milliers de blessés, mardi.

Des stocks de nitrate d’ammonium entreposés en plein cœur de la ville seraient à l’origine de la tragédie. Il s’agit d’un produit chimique utilisé pour des explosifs à usage civil, ce qui soulève plusieurs questions de nature politique dans ce pays où la classe dirigeante a été l’objet d’un mouvement de contestation sans précédent ces derniers mois.