/sports/opinion/columnists
Navigation

Wow !

HKN-HKO-SPO-PITTSBURGH-PENGUINS-V-MONTREAL-CANADIENS
Photo AFP Carey Price et Max Domi célèbrent leur victoire contre les Penguins hier, un gain qui propulse du même coup le CH en séries éliminatoires.

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien a battu les Penguins, et la chance n’y est pour rien. On dit souvent qu’une équipe négligée profite de la chance pour gagner en séries, mais cette fois, ça n’a pas été le cas. Les meilleurs joueurs du Canadien ont été meilleurs que ceux des Penguins. 

En tête de liste, on retrouve Carey Price, qui a de loin été meilleur que Matt Murray et Tristan Jarry. Price a été la première étoile dans cette série. 

Chapeau à Julien 

Claude Julien fait aussi partie de mes étoiles. On donne rarement des étoiles aux entraîneurs. Julien a été critiqué pour être un entraîneur passif qui ne s’ajustait pas. Or, il a effectué des changements importants dans le troisième match lorsque son équipe tirait de l’arrière 3-1. Les Penguins ne se sont jamais remis de cette remontée. 

Julien a eu le meilleur sur Mike Sullivan. Dans le jargon, on dit qu’il a « outcoaché » son homologue. Je ne comprends pas pourquoi Sullivan n’a pas utilisé par moments à égalité numérique Sidney Crosby et Evgeni Malkin. 

À Toronto, on a vu Mitch Marner avec Auston Matthews, alors que Connor McDavid et Leon Draisaitl sont parfois réunis à Edmonton. Je faisais la même chose à l’époque des Nordiques avec Peter Statsny et Michel Goulet. Même s’ils ne jouaient pas sur le même trio, je les réunissais une ou deux fois pour changer l’allure d’un match. 

Des Penguins inertes offensivement 

Les Penguins n’ont d’ailleurs pas été impressionnants en attaque. Crosby était un peu usé en fin de séries. Il était moins productif et il ne parvenait pas à battre la défensive montréalaise, surtout les gros défenseurs comme Weber et Petry. Malkin, lui, a été invisible tout au long de la série. 

L’attaquant russe n’a d’ailleurs pas réussi à supplanter Kotkaniemi, Danault et Suzuki, qui l’ont affronté au centre lors des quatre rencontres au cercle des mises en jeu. Les défenseurs des Penguins n’ont produit que trois points ; Kristopher Letang a été contré par les joueurs du Canadien, finissant avec un différentiel de -2.  

Pour moi, il n’y a pas de doute qu’on se rappellera cette victoire parce que le Canadien ne devait pas participer aux séries. Plusieurs dirigeants du CH doivent être soulagés à l’heure actuelle. 

Chez les amateurs, dans cette période de pandémie, ce triomphe inespéré fait du bien. Ça amène une distraction qui est la bienvenue et ça soulage tout le monde. Les gens me parlent du Canadien comme rarement quand je me promène. 

Et cette victoire sera bonne pour la progression des jeunes. Les joueurs ne pensaient pas à Lafrenière. Si une équipe veut que ses jeunes grandissent, ça passe par des victoires. Le Canadien a l’occasion de pousser ses jeunes dans leurs limites.  

Cela dit, tout n’a pas été parfait. Le Canadien doit travailler son avantage numérique et il faut marquer des buts sur le jeu de puissance. Ce sont possiblement les seuls éléments négatifs pour le Tricolore. 

Et si c’était les Flyers ou le Lightning ?

Maintenant, les Flyers, avec Alain Vigneault, Michel Therrien, Ian Laperrière, Sean Couturier et Claude Giroux, doivent espérer croiser le fer avec le Canadien au premier tour éliminatoire. Idem chez le Lightning, avec Julien Brisebois, Yanni Gourde, Mathieu Joseph, Alex Killorn et Cédric Paquette. Pour le cachet unique que ça représenterait, mais aussi parce que le CH sera la pire équipe classée, en ayant fini au 24e rang lors du premier tour officiel.  

- Propos recueillis par Roby St-Gelais 

Les échos de Bergie

Dubois répond à Tortorella 

Avec ses trois buts contre les Maple Leafs, jeudi soir, Pierre-Luc Dubois a répondu de brillante manière à John Tortorella, qui s’en était pris à lui au match précédent. Il a montré du caractère. L’attitude de Tortorella était inconcevable. Dubois a été le meilleur marqueur des Blue Jackets en saison régulière et il fait partie des jeunes qui m’impressionnent le plus dans la Ligue nationale de hockey. Cette scène m’a fait penser un peu à celle entre Pierre Pagé et Mats Sundin. Pagé a souvent dit qu’il regrettait ce qu’il avait fait. Et dire que les Nordiques avaient échangé Sundin parce qu’ils disaient qu’il n’avait pas de caractère, lui qui est aujourd’hui au Temple de la renommée. Si Dubois n’est pas apprécié à Columbus, j’espère que le Canadien va faire un coup de téléphone.

Une bulle pour la saison ?

La NBA songerait à disputer sa saison 2020-2021 dans une bulle. Je ne sais pas comment ils peuvent faire ça pendant une aussi longue période en emprisonnant les joueurs. Cela dit, ça semble le seul moyen sécuritaire pour disputer des matchs quand on regarde ce qui se passe au baseball et le nombre de joueurs qui se sont retirés au football. Dans la LNH, on ne connaît pas le pourcentage de joueurs insatisfaits, mais c’est clair que ce ne sont pas tous les joueurs qui aiment ça. Les athlètes seraient-ils prêts à vivre dans une bulle pour la saison ? Pour moi, la seule solution est d’attendre le vaccin, mais je ne pense pas qu’on puisse réaliser une saison complète dans une bulle. 

Pas facile pour Bobrovsky

J’ai l’impression que les Panthers ne redonneraient pas 10 millions $ à Sergei Bobrovsky pendant sept ans. Je crois que le fait qu’il jouait dans un système défensif à Columbus le faisait bien paraître. Dans une équipe où la défensive n’est pas la qualité première, il a connu des ennuis face aux Islanders.