/sports/hockey/canadien
Navigation

La tête aux Flyers

Claude Julien ne se formalise pas à l’idée d’affronter Alain Vigneault et Michel Therrien

SPO-HKO-HKN-MONTREAL-CANADIENS-V-NEW-YORK-RANGERS---GAME-SIX
Photo AFP En 2017, le Canadien s’était incliné au premier tour des séries face aux Rangers, alors dirigés par Alain Vigneault. Claude Julien retrouvera donc son bon ami, aujourd’hui derrière le banc des Flyers.

Coup d'oeil sur cet article

Claude Julien connaît parfaitement Alain Vigneault. Julien a 60 ans, Vigneault a 59 ans. À une autre époque, ils étaient tous les deux défenseurs avec les Golden Eagles de Salt Lake City dans la Ligue centrale de hockey. C’était en 1981-1982 et 1982-1983.

• À lire aussi: Le Canadien affrontera les Flyers

À cette même époque, Vigneault a joué 42 matchs dans la LNH, avec les Blues de St. Louis. Julien a participé à 14 matchs dans la LNH, avec les Nordiques de Québec. 

Les deux hommes ont déjà dirigé les Olympiques de Hull (Gatineau aujourd’hui) dans la LHJMQ. Ils ont reçu leur première chance comme entraîneur en chef dans le circuit Bettman avec le Canadien.

En 2011, Julien a gagné sa première et unique conquête de la Coupe Stanley alors qu’il se retrouvait derrière le banc des Bruins de Boston. Vigneault était l’entraîneur de l’équipe perdante, les Canucks de Vancouver. 

Dès mercredi, Julien et Vigneault se croiseront pour une troisième fois en séries. Une troisième fois avec des équipes différentes. En 2017, Julien et le Canadien avaient perdu au premier tour face aux Rangers de New York, l’équipe de Vigneault à ce moment. Trois ans plus tard, le CH affrontera les Flyers, encore une fois au premier tour. Des retrouvailles pour les deux amis. 

À l’aube de ce premier tour, Julien n’avait pas trop le goût de ressortir les souvenirs de son passé avec Vigneault. « La concentration est sur mon équipe et sur ce que nous devons faire pour gagner, a simplement répliqué Julien. Pour moi, Philadelphie est l’équipe la mieux équilibrée que j’ai vue ici à Toronto. C’est une grosse équipe. Les Flyers ont un bon équilibre. Nous aurons beaucoup de travail à faire. Mon focus n’est pas sur Alain ou Michel, même si on se connaît. Je me concentre sur ma préparation pour me donner une chance de gagner. »

Une motivation de plus

Un duel contre les Flyers aura également un cachet particulier pour plusieurs vétérans du Tricolore. Carey Price, Shea Weber, Brendan Gallagher, Paul Byron, Phillip Danault, Jeff Petry et
Artturi Lehkonen renoueront avec leur ancien entraîneur à Montréal, Michel Therrien.

Entraîneur en chef dans l’âme, Therrien a accepté un poste d’adjoint pour suivre Vigneault, un complice de longue date, à Philadelphie. 

Mike Yeo, un autre ancien entraîneur en chef avec le Wild du Minnesota et les Blues de St. Louis, et Ian Laperrière complètent le quatuor d’hommes de hockey avec les Flyers. 

À sa deuxième saison avec le CH, Tomas Tatar n’a jamais joué pour Therrien. Mais il a assez d’expérience pour savoir que la présence d’un visage familier dans le camp adverse pourrait allumer un feu chez certains de ses coéquipiers. 

« Absolument que ça peut représenter une motivation de plus, a reconnu Tatar. Il y a des joueurs qui ont joué pour lui. Je n’ai pas cette expérience, je ne le connais pas très bien. Mais nous voulons surtout gagner. C’est ça, la principale motivation. Ça ne dérange pas vraiment qui sera derrière le banc des Flyers. Nous nous concentrerons sur notre structure et notre équipe. Nous serons prêts pour ce tour. »

Des rivaux coriaces

Julien a accentué son discours sur un thème important, celui de la puissance des Flyers. Au tour préliminaire, pour déterminer l’ordre des quatre premières équipes dans l’Est, les Flyers ont signé trois victoires en trois matchs. 

Des gains de 4 à 1 contre les Bruins, de 3 à 1 contre les Capitals et de 4 à 1 contre le Lightning. 

« Les Flyers, je le dis honnêtement, sont la meilleure équipe que j’ai vue ici, a répliqué Julien. Ils ont un bon jeu d’équipe, un bon équilibre, et ils ont de la profondeur à toutes les positions. Il s’agira d’un gros défi pour nous. Nous espérons que notre jeu au tour de qualification nous aidera contre les Flyers. »

Pour espérer obtenir une chance dans cette série, le Tricolore devra rivaliser avec l’intensité, la robustesse et l’échec avant constant des attaquants des Flyers. Un contraste assez important avec ses derniers rivaux, les Penguins. « Les Flyers sont plus physiques, ils ont de plus gros joueurs, a noté le défenseur Victor Mete. Pour moi, c’est la plus grande différence avec les Penguins.»

La série prend son envol mercredi à 20 heures. Le deuxième match sera présenté vendredi à 15 heures. Les matchs 3 et 4 respectivement les 16 et 18 août. Les parties seront présentées à TVA Sports.