/weekend
Navigation

Mon cirque à moi: un rôle sur mesure pour Sophie Lorain

film Mon cirque à moi
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Très occupée tant devant que derrière la caméra, Sophie Lorain choisit toujours avec minutie les projets dans lesquels elle accepte de s’impliquer. Mais parce qu’elle partage plusieurs points en commun avec la jeune héroïne du film Mon cirque à moi, l’actrice s’est tout de suite sentie interpellée par cette histoire qui lui a vaguement rappelé une partie de son enfance.

• À lire aussi: Jasmine Lemée: à l’école du jeu

• À lire aussi: Un hommage à son père

• À lire aussi: Mon cirque à moi: dans la peau d’un clown

Mon cirque à moi, premier long métrage de la réalisatrice Miryam Bouchard (M’entends-tu ?, Mon ex à moi), suit le parcours de Laura (Jasmine Lemée), une adolescente de 12 ans qui passe la majeure partie de son temps en tournée avec son père Bill (Patrick Huard), un clown de profession, mais qui rêve d’une vie plus rangée. Pour écrire le scénario de ce film, Miryam Bouchard s’est librement inspirée de sa propre enfance alors qu’elle côtoyait l’entourage de son père, le clown et comédien Reynald Bouchard, décédé en 2009.

« Je trouvais ça aussi le fun de participer au premier long métrage d’une enfant de la balle comme Miryam », observe Sophie Lorain en entrevue au Journal

« Même si on ne se connaissait pas avant de commencer à travailler ensemble, il y a quelque chose qui nous unit elle et moi, une espèce de fil invisible de gens dont les parents ont fait ce métier et qui ont grandi dans ce milieu. »

Dans le film, Sophie Lorain incarne la nouvelle enseignante de Laura qui prend l’adolescente sous son aile en l’encourageant à passer des examens d’entrée pour un collège privé. La réalisatrice Miryam Bouchard admet avoir écrit ce rôle sur mesure pour Lorain. Mais l’actrice indique qu’elle s’est aussi un peu reconnue dans le jeune personnage de Laura, ayant elle-même grandi auprès d’une mère artiste (la comédienne et metteuse en scène Denise Filiatrault).

« J’ai pu m’identifier à elle à des degrés différents, souligne Sophie Lorain. Je me souviens que quand j’étais enfant, le personnage Denise Filiatrault était trop fort pour moi. Les unes de magazines, le monde du showbiz, je ne voulais pas adhérer à ça. À l’âge du personnage de la jeune fille, tout ce qu’on veut, c’est se fondre dans le décor et être perçu comme quelqu’un de normal. 

« Mais moi, à cet âge-là, ma mère avait une Camaro rose nanane et elle venait me reconduire à l’école en pyjama. J’étais sans connaissance. J’aimais mieux prendre l’autobus 15 fois plutôt que d’avoir à vivre ça. Ma mère était quelqu’un de flamboyant. Aujourd’hui, je regarde ça et je me dis qu’il y a quelque chose d’extraordinaire là-dedans, mais ce n’est qu’en vieillissant qu’on s’en rend compte. À 12 ou 13 ans, tu ne veux pas avoir une mère flamboyante. Tu veux une bonne maman ou un bon papa stable. »

L’importance de l’art

Sophie Lorain a eu la chance de travailler avec Reynald Bouchard avant son décès, en 2009. Pour elle, Miryam Bouchard ne se contente pas de rendre hommage à son père dans son film, Mon cirque à moi est aussi une ode au métier de saltimbanque et aux artistes en général. 

« L’art est souvent considéré comme quelque chose de non essentiel et les artistes sont souvent perçus comme des gens un peu paresseux qui appuient toutes les causes, déplore l’actrice. Mais en même temps, les Québécois n’ont jamais autant regardé de séries télé et de shows de chansons sur internet que pendant le confinement au printemps dernier. On châtie bien tout ce monde-là et on les traite de tous les noms, mais on est bien contents de les avoir pour se divertir et se changer les idées. Tout cela est très contradictoire. »

En plus d’effectuer un retour au cinéma avec Mon cirque à moi, Sophie Lorain passera une partie de l’automne sur le plateau de tournage de Portrait-robot, une nouvelle série policière destinée au Club illico qui mettra aussi en vedette Rachel Graton et Rémy Girard. 

Portrait-robot relatera les péripéties d’une portraitiste judiciaire (Rachel Graton) chargée de résoudre des crimes sordides commis à Montréal. Dans cette série réalisée par son conjoint Alexis Durand-Brault (Au secours de Béatrice), Sophie Lorain renouera avec le genre policier, près de 20 ans après avoir tenu le rôle principal de la populaire série Fortier.  

« Cette fois-ci, je joue la directrice de l’escouade, un personnage qui souffre d’une maladie orpheline et qui est cloué à un fauteuil roulant. C’est donc un rôle très différent de celui que je jouais dans Fortier », de conclure l’actrice. 


► Le film Mon cirque à moi prend l’affiche le 14 août