/misc
Navigation

«Faites vos recherches...»

Coup d'oeil sur cet article

Des centaines? Des milliers? Peu importe, les manifestants contre les mesures sanitaires qui ont défilé à Montréal en fin de semaine demeurent marginaux.

À bas le masque!

Ce samedi, dans la métropole, la nébuleuse conspirationniste a voulu frapper un grand coup. Une manifestation aux slogans variés ; un drôle de clan qui mélange tout. N’en soyons pas surpris.

Les uns en avaient contre «la dictature» imposée par le méchant gouvernement Legault. Des effigies pas très flatteuses du directeur de santé publique, Horacio Arruda, lequel est dépeint comme le suppôt d’un vaste complot sanitaire. Car dans l’univers conspirationniste, la pandémie n’existe pas.

Ou si elle existe, prière de ne pas les achaler avec ça. Les mesures sanitaires? La distanciation sociale? Rien à cirer! 

Libâârté! 

Et au diable la science. «Faites vos recherches!» est l’un des cris de ralliement. Justement, je veux bien passer quelques heures sur Google ou YouTube, mais pas sûr que ça me rapprochera d’un épidémiologiste qui a fait 12 ans d’université et un postdoctorat... 

La marginalité, heureusement!

Ce qu’il ne nous faut pas perdre de vue c’est que cette nébuleuse conspirationniste n’est pas le reflet du Québec. Ce mouvement demeure extrêmement marginal. 

En connaissez-vous beaucoup de ces gens qui mélangent technologie 5G avec le coronavirus, Bill Gates et dictature sanitaire fomentée par des pharmaceutiques en laboratoire, tout ça nébuleusement arrangé pour y faire participer notre gouvernement?

Moi non plus. Et c’est par l’éducation et le recours à la Raison, à la science, que nous nous assurerons qu’il en reste ainsi.

Que des gens soient critiques de la façon dont les autorités ont géré la question du port du masque, on l’admettra. Cette pandémie aura forcé les scientifiques et la Santé publique à naviguer à vue. Tout est loin d’avoir été parfait.

Mais, en fin de compte, les Québécois portent le masque. On le constate chaque jour. N’en déplaise aux complotistes. Et de ça, on doit se féliciter.

Il en est là, le Québec.