/sports/fighting
Navigation

«Une bonne rencontre avec la Santé publique» -Camille Estephan

Le président de EOTTM a bon espoir que le Dr Horacia Arruda déconfine la boxe

Camille Estephan
Photo Roby St-gelais Le promoteur Camille Estephan, la boxeuse Marie-Pier Houle et le boxeur David Lemieux sont allés plaider leur cause devant la Direction nationale de santé publique hier.

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il n’a pas obtenu l’aval de la Direction de santé publique du Québec pour que la boxe professionnelle reprenne sans tarder ses activités, le promoteur Camille Estephan a bon espoir de pouvoir redémarrer la machine au cours des prochains jours.

• À lire aussi: COVID-19: les sports de combat ont bon espoir d’obtenir le feu vert de la Santé publique

Le président d’Eye of the Tiger Management (EOTTM), ses représentants légaux, le boxeur David Lemieux et la boxeuse Marie-Pier Houle ont fait valoir leurs arguments auprès du directeur national de santé publique, Horacio Arruda, lors d’une rencontre d’une soixantaine de minutes, mardi après-midi, dans les locaux du ministère de la Santé et des Services sociaux, à Québec.

À l’instar des athlètes amateurs en sports de combat, ceux de la boxe professionnelle doivent se limiter à l’entraînement en solo sans contact depuis le 22 juin, en plus de ne pas pouvoir se battre lors d’événements. Le promoteur a essuyé des refus pour l’organisation de galas professionnels dans les dernières semaines, mais au sortir de cette réunion, il affichait son optimisme.

« C’était une bonne rencontre. J’avais peur qu’on vienne ici pour la forme parce qu’il avait déjà dit non, mais on a apporté des éléments nouveaux qui, j’espère, ont plu au docteur Arruda et qui lui ont donné une paix d’esprit dans la gestion de ces risques [...] Son attitude et ses réponses dans la réunion m’ont donné espoir. Mais je ne crie pas victoire encore », a lâché Estephan qui s’attend à une réponse d’ici cinq à six jours.

Ajout de tests

Estephan a rappelé au directeur de santé publique que tous les pays industrialisés ont donné leur accord au retour de la boxe professionnelle selon l’application d’un rigoureux protocole sanitaire. Des tests pour mieux identifier les personnes asymptomatiques ont été ajoutés au protocole de relance d’EOTTM.

« Le boxeur sera testé à 14 jours de l’événement, à 10 jours, à la pesée et avant le combat. Il ne peut pas être asymptomatique à travers ce laps de temps et je pense que ça a beaucoup plu au docteur Arruda », a expliqué l’homme d’affaires en mêlée de presse près de l’immeuble.

Pour lui, alors que tous les sports collectifs ont repris la pratique régulière et que les bars et les restaurants sont ouverts, il n’y a qu’un verdict possible de la part des autorités sanitaires. 

Décision rapide

« La seule et unique décision juste qu’il peut prendre, c’est de déconfiner la boxe », a tranché Estephan, qui, advenant la réponse attendue, pourrait organiser un gala aussi tôt qu’à la mi-septembre quelque part dans la province. Ses projets pour une carte en Alberta sont toujours sur la table, mais il attendra de connaître l’orientation de Québec avant d’aller de l’avant. 

L’ancien champion du monde David Lemieux (41-4, 34 K.-O.) a partagé la confiance de son promoteur tout en y apportant une touche personnelle.

« Chaque jour qui passe, c’est une journée de moins dans ma carrière. Il faut que la décision soit prise et que ce soit rapidement pour qu’on puisse passer à l’action très bientôt », a mentionné le pugiliste de 31 ans.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.