/entertainment/tv
Navigation

«Libertad» : le rêve salvadorien de Francisco Randez

«Libertad» : le rêve salvadorien de Francisco Randez
COURTOISIE PRODUCTIONS DÉFERLANTES/ÉVASION

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Heureux au Québec, mais honnissant l’hiver, Francisco Randez caresse le rêve d’ouvrir un complexe de villégiature au Salvador. On suit la mise en œuvre de son projet dans «Libertad», docu-réalité qui commence à Évasion la semaine prochaine, et dont les panoramas de vagues surdimensionnées font rêver! 

Si, plus jeune, le besoin de liberté de Francisco Randez s’exprimait par une soif de pouvoir et d’argent, aujourd’hui, l’homme aspire plutôt à prendre le large dans la simplicité. 

D’où son ambition, autour de laquelle s’articule la série, d’inaugurer un camp-hôtel où il pourrait organiser des retraites de surf et d’arts martiaux. Un type d’établissement qui n’existe pas encore sur la Côte de la Libertad, région du Salvador dont le nom signifie «Liberté» en français. 

«Libertad» : le rêve salvadorien de Francisco Randez
COURTOISIE PRODUCTIONS DÉFERLANTES/ÉVASION

Urgence de vivre

L’entrepreneur a déjà brassé quantité d’affaires au Québec – il est copropriétaire des restaurants Hà et du Nhâu Bar –, mais implanter une business dans un pays étranger, où l’approvisionnement en électricité et eau courante n’est pas acquis, relève d’un tout autre défi. Randez, qui n’a même pas encore acheté son terrain au début de l’émission, est accompagné dans la poursuite de son rêve par sa tante adorée, Rosemarie, et sa copine, Ariane, une globetrotteuse aussi curieuse que lui. 

C’est d’ailleurs grâce à Ariane, qui a vécu au Salvador pendant cinq ans, que Francisco a été charmé par ce coin de la planète. Son amoureuse étant atteinte d’un cancer des ovaires – elle entamera prochainement des traitements d’immunothérapie –, c’est aussi dans une urgence de bâtir quelque chose avec elle, que Francisco voulait tenter l’aventure. 

«Dans la série, on va réaliser que, même si j’avais beaucoup planifié ce voyage-là, il y a plein de rebondissements et de réalités auxquels j’ai été confronté. Les Salvadoriens sont des gens extraordinaires par leur générosité et leur bonté. Dans "Libertad", on me suit dans une quête de développement d’affaires, mais surtout dans l’intégration dans une communauté», a expliqué Francisco Randez aux journalistes, mardi matin. 

«Libertad» est le deuxième rendez-vous que celui-ci pilote à Évasion, après «Aventuras Panama», en 2009. 

«Libertad» : le rêve salvadorien de Francisco Randez
COURTOISIE PRODUCTIONS DÉFERLANTES/ÉVASION

Pandémie

Dès le premier épisode, «Libertad» nous imprègne de l’atmosphère chaude du Salvador. Francisco Randez raconte avec brio les 40 degrés au soleil, les odeurs («Ça sent toujours un peu le feu de feuilles dans un baril»), le surf qu’on balance dans la boîte arrière du «pick-up» pour aller dompter les vagues et la bouette laissée par la fin de la saison des pluies. 

Les dix heures de «Libertad» alternent entre moments de découverte pure du Salvador (climat, beautés et activités locales, gastronomie) et premières étapes de la réalisation du fantasme professionnel de Francisco, à commencer par la recherche du lieu idéal pour son centre. 

Ses aspirations ne seront pas simples à concrétiser, ne serait-ce qu’en raison des coûts – tout se calcule en argent américain au Salvador – et de la grandeur et des commodités nécessitées par son idée. 

Nul besoin, par ailleurs, de mentionner que la pandémie a considérablement freiné les ardeurs de Francisco dans ses démarches, et qu’elle teinte le résultat à l’écran. Son équipe et lui étaient encore au Salvador quand les frontières du pays ont été fermées, et le montage des épisodes de «Libertad» a évidemment été complété à domicile et à distance. 

«Ça nous a fait vivre beaucoup d’émotions», signale Francisco Randez. 

«Libertad» : le rêve salvadorien de Francisco Randez
COURTOISIE PRODUCTIONS DÉFERLANTES/ÉVASION

Évasion en progression

Nathalie Fabien, directrice principale, chaînes et programmation de Groupe TVA, avait par ailleurs de bonnes nouvelles à annoncer concernant Évasion lors de la rencontre de presse virtuelle au sujet de «Libertad», mardi. 

Inspirante en ces temps incertains, la chaîne a vu son auditoire augmenter de 28 % au cours de l’été. Son émission la plus populaire de la saison, «Van Aventure», aura un deuxième volet au printemps prochain. Et une cinquième édition de «Direction la mer», avec David Bernard, nous entraînera sur les plus belles plages du Canada à compter du 28 octobre. 

D’autres nouveautés d’Évasion seront par ailleurs bientôt annoncées en vue du début 2021. 

  • «Libertad», le mercredi, à 20 h, à Évasion, dès le 19 août.