/news/currentevents
Navigation

Un bébé trouvé mort dans un conteneur à déchets à Laval

La mère de l’enfant et son colocataire ont été accusés mardi au palais de justice

Coup d'oeil sur cet article

L’épouvantable découverte d’un bébé d’environ 25 semaines de gestation dans un conteneur à déchets lundi, à Laval, pourrait envoyer deux colocataires et anciens amants derrière les barreaux.

• À lire aussi: Un psychiatre ne croit pas à la maladie mentale

Des résidents d’un immeuble à logements du secteur Pont-Viau ont composé le 911, vers 19 h 30, après avoir découvert ce qui semblait être un nouveau-né dans la benne à ordures collective, située à l’arrière du bâtiment.

À leur arrivée, les policiers ont découvert l’impensable.

Les paramédicaux appelés en renfort ont rapidement déterminé que l’enfant était décédé et ont estimé son âge à environ 25 semaines de gestation.

La mère du bébé, qui vit dans le bâtiment, a été arrêtée par les agents. Son colocataire et ancien conjoint, un homme de 44 ans, a également été appréhendé.

Puisque les coaccusés ont d’autres enfants, une ordonnance de non-publication nous empêche de divulguer leur identité afin de protéger ceux-ci.

Les deux individus ont été rencontrés par les enquêteurs de la police de Laval avant de comparaître devant un juge par visioconférence en après-midi, hier.

Des accusations d’avoir fait disparaître le cadavre d’un enfant dans l’intention de cacher sa naissance ont été déposées contre eux.

La mère de 36 ans fait également face à un chef d’avoir négligé de prendre les dispositions nécessaires en vue d’obtenir une aide raisonnable pour son accouchement.

L’enfant vivant

Si le duo est reconnu coupable, des peines maximales de cinq ans sont prévues pour de tels crimes.

Pour parvenir à convaincre le juge, la Couronne devra notamment faire la preuve que l’enfant était vivant au moment où il est né, a souligné Me Claudia Ossio, procureure au Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Les coaccusés sans antécédent judiciaire ont été libérés et doivent revenir en cour le 25 novembre.

Ils devront toutefois respecter certaines conditions, comme éviter d’entrer en contact l’un avec l’autre, à l’exception de tout ce qui a trait à la garde de leurs enfants. 

Selon une voisine et bonne amie de la mère, cette dernière se plaignait récemment d’enflure au niveau du ventre, mais n’a jamais pensé être enceinte.

Préménopause

Valérie Boucher.
Voisine et amie
Photo Frédérique Giguère
Valérie Boucher. Voisine et amie

« Elle avait des menstruations constantes depuis les trois derniers mois, mais elle croyait que c’était sa préménopause et ne voulait pas aller voir un médecin parce qu’elle disait que ça passerait », explique Valérie Boucher, qui dit être complètement sous le choc.

Selon elle, son amie souffre de problèmes de santé mentale et a récemment fait une psychose.

« Elle a d’autres enfants, elle n’est pas folle, c’est sûr qu’elle n’était pas elle-même quand elle a perdu l’enfant et elle a capoté. »

Une autopsie sera pratiquée sur le corps du bébé afin de déterminer la cause et le moment du décès ainsi que le nombre de semaines exactes de gestation.