/sports/hockey/canadien
Navigation

Séries éliminatoires: un réveil des gros canons du CH serait le bienvenu

HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-PHILADELPHIA-FLYERS
Photo d’archives Brendan Gallagher espère débloquer offensivement face aux Flyers.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Le Canadien a indiqué la porte de sortie aux Penguins de Pittsburgh sans une grande contribution offensive de ses quatre principaux ailiers.

• À lire aussi: Une guerre de tranchées

• À lire aussi: Un pour tous, tous pour un

• À lire aussi: Canadien: des négligés en confiance

• À lire aussi: Un miracle, ça va, mais deux?

• À lire aussi: Voracek s’éloigne des clichés

En quatre sorties, Brendan Gallagher a obtenu une passe et Jonathan Drouin a marqué un but, alors que Tomas Tatar et Joel Armia n’ont pas inscrit leur nom sur la feuille de pointage.

Pour Gallagher, il s’agit simplement de statistiques. Le plus important à ses yeux reste les trois victoires en quatre rencontres face aux Penguins. Et c’est bien difficile de le contredire à ce sujet. 

Face aux Flyers de Philadelphie, les quatre ailiers des deux premiers trios, si les unités restent intactes, pourraient renverser cette tendance. 

« Chaque joueur veut faire une différence, a rappelé Gallagher. Quand tu regardes la composition de notre équipe, nous sommes construits de cette façon, il y a un bel équilibre. Il y aura probablement un nouveau joueur qui se lèvera au prochain match. C’est de cette façon que tu peux connaître du succès. Nous aurons besoin de la contribution de plusieurs joueurs, de plusieurs héros différents. 

« Mais même si tu ne marques pas un but, tu peux contribuer à la victoire, a enchaîné le numéro 11. Il y a tellement plusieurs façons pour se rendre utile à l’équipe. Au tour de qualification, nous avions le sentiment que nous pouvions tous contribuer à nos succès. Des jeunes comme KK [Jesperi Kotkaniemi] et [Nick] Suzuki ont connu une très bonne série. Personnellement, il y a des jeux où j’aurais pu rentrer la rondelle dans le filet. Je ne l’ai pas fait, mais ce n’était pas tragique. Tant que j’ai des chances de marquer, je sais que ça finira par arriver. »

Probablement avec Suzuki

Si Claude Julien a refusé de confirmer la composition de ses trios, Gallagher a donné un bon indice en parlant de Nick Suzuki. À moins d’une surprise, l’entraîneur gardera Suzuki au centre de Tatar et Gallagher. 

Dans une visioconférence, Gallagher parlait comme un joueur qui s’attend à poursuivre l’aventure avec le centre de 20 ans même s’il a joué pratiquement tous les matchs depuis deux ans avec Phillip Danault. 

« Nick et Phil sont deux joueurs différents, mais deux gars très intelligents, a noté Gallagher. Les deux voient bien le jeu. Pour Tuna [Tatar] et moi, c’est une transition assez facile de passer de Phil à Suzie [Suzuki]. Nous utilisons les trois attaquants pour générer de l’attaque, mais nous faisons aussi de bonnes lectures défensives. Comme Phil, Nick a une grande intelligence du jeu. Je m’attends à vivre une transition très rapide en jouant avec Nick. »

Armia en veut plus

Armia, qui devrait rester à l’aile droite de Kotkaniemi et de Drouin, a fait un bilan assez juste de son jeu lors du tour de qualification. 

« Je sais que je peux vraiment mieux jouer, a affirmé le Finlandais de 27 ans. Je veux simplement travailler fort tous les soirs. Je n’ai pas marqué, mais plusieurs gars ont élevé leur jeu. Nos jeunes ont bien joué. Je travaille tous les soirs. Je finirai par produire. En jouant avec KK et Drouin, ils sont deux gars talentueux. KK est robuste, il fait de bons jeux. »