/world/europe
Navigation

Les manifestations d'opposition en déclin au Bélarus

Coup d'oeil sur cet article

MINSK | Le ministère de l’Intérieur du Bélarus a estimé mercredi que la contestation postélectorale était en baisse, après une troisième nuit de manifestations violemment réprimées par la police. 

«Le nombre des manifestants était moindre cette nuit, et le nombre de villes où avaient lieu des manifestations était moindre aussi», a dit à l’AFP la porte-parole du ministère, Olga Tchémodanova. 

Elle n’était pas en mesure de dire combien de personnes avaient été interpellées ou blessées dans la nuit de mardi à mercredi. 

Mardi, Minsk avait fait état de 200 personnes hospitalisées et 5 000 arrestations à l’issue de deux nuits de manifestations réprimées par la police, qui a usé de grenades sonores et de balles en caoutchouc pour disperser les protestataires.

La nuit passée, selon des journalistes de l’AFP, des témoins et des médias d’oppositions, les forces antiémeutes ont pris d’assaut à Minsk sans ménagement de petits groupes de personnes afin d’empêcher que les rassemblements grandissent. 

Ils s’en sont aussi pris à des automobilistes qui klaxonnaient, un signe de soutien aux manifestants, brisant les vitres de voitures et interpellant les conducteurs. Ils ratissaient aussi des cours d’immeubles. 

Les protestataires dénoncent la réélection à grand renfort de fraudes dimanche de l’autoritaire président Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans.

Sa rivale principale à la présidentielle, l’opposante Svetlana Tikhanovskaïa, a revendiqué la victoire, avant de quitter le pays pur la Lituanie, dans la nuit de lundi à mardi. Un départ sous la menace des autorités, selon sa campagne.