/news/currentevents
Navigation

Poignardé après une dispute de distanciation

PH-Facebook
Photo tirée de Facebook Emmanovic Gourdet. Accusé

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais accusé d’avoir poignardé à cinq reprises un homme qui lui a demandé de respecter la distanciation physique dans un bus tentera d’être remis en liberté sous caution, demain.

« La victime lui avait juste demandé de reculer, mais ça a dégénéré », a confié au Journal une source bien informée.

Depuis deux mois, Emmanovic Gourdet, 20 ans, est en détention préventive pour un crime qui serait survenu le 18 mai dernier dans un autobus de la Société de transport de Montréal, dans le secteur nord de la ville.

À ce moment, le couvre-visage n’était pas obligatoire dans les transports publics, bien que « fortement recommandé ».

Gourdet ne semblait pas en faire grand cas puisqu’il se serait présenté à un arrêt d’autobus sans masque.

Un autre homme attendait devant lui et quand est venu le temps d’embarquer, Gourdet se serait un peu trop rapproché de lui. Ce dernier lui a alors demandé de respecter la distanciation physique de deux mètres.

Gourdet n’aurait pas apprécié le commentaire et serait ensuite allé s’asseoir près de l’homme.

Une dispute a alors éclaté dans l’autobus, mais les échanges se seraient limités à des paroles, selon ce qu’il a été possible d’apprendre.

Les deux hommes ont ensuite descendu au même arrêt, et c’est là que les choses ont dégénéré. Gourdet aurait alors sorti un couteau pour poignarder l’homme à cinq reprises avant de prendre la fuite.

Grièvement blessée, la victime a survécu et sa vie ne serait pas en danger.

Activement recherché par la police de Montréal, qui n’a pas lésiné sur les moyens d’enquête, Gourdet a finalement été retrouvé trois semaines plus tard.

Il a été accusé d’agression armée et de voies de fait causant des lésions.

Il est également accusé de possession de drogue en vue d’en faire le trafic, dans un dossier distinct.

Jamais emprisonné

Mais même si le crime semble gratuit, Gourdet ne désespère pas d’être remis en liberté en attendant son procès.

Son avocat, Me Andrew Nader, a d’ailleurs assuré que certains éléments militent en faveur de son client.

« Ce sera soumis au juge jeudi [lors de l’audience], a-t-il dit sans entrer dans les détails de la preuve. On parle d’un jeune qui n’a jamais fait de prison. » 

Gourdet n’a qu’un seul antécédent criminel, pour une introduction par effraction survenue en janvier dernier.