/sports/opinion/columnists
Navigation

Un miracle, ça va, mais deux?

HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-PHILADELPHIA-FLYERS
Photo d’archives Carey Price devra encore être alerte devant Ivan Provorov, le quart-arrière des Flyers.

Coup d'oeil sur cet article

L’opinion publique n’a pas changé par rapport à celle qui prévalait avant la série contre les Penguins. Peu de gens croient le Canadien capable d’avoir le dessus sur les Flyers dans son duel de première ronde, qui s’amorce ce soir. C’est normal qu’il soit négligé.

Les Flyers performaient à un rythme d’enfer lorsque la COVID-19 est entrée dans nos vies. La pause de quatre mois et demi qui s’est ensuivie ne les a pas affectés du tout. 

Ils ont été la meilleure équipe du tournoi de relance des activités de la LNH. Ils sont gonflés à bloc. 

Bâtis pour les séries

Les Flyers sont une équipe bâtie pour les séries. On retrouve dans leurs rangs cinq attaquants mesurant six pieds deux pouces ou plus. Ce sont Kevin Hayes (6 pi 5 po), Sean Couturier, James van Riemsdyk et Derek Grant (tous trois mesurent 6 pi 3 po) et Jakub Voracek (6 pi 2 po), qui se dit prêt à jouer après avoir été ennuyé par une blessure.

Pittsburgh n’en avait que deux, soit Evgeni Malkin (6 pi 3 po), qui a été invisible, et Patrick Marleau (6 pi 2 po), qui faisait ses 40 ans.

Avez-vous pris connaissance, d’ailleurs, des propos que le directeur général des Penguins, Jim Rutherford, a tenus hier dans le cadre de son bilan de saison ?

Sans nommer personne, Rutherford s’est demandé si certains joueurs tenaient à rester en confinement plus longtemps à Toronto.

On avait donc bien vu.

À part Sidney Crosby, la majorité de ses coéquipiers semblaient désintéressés. On n’a pas senti qu’ils étaient déterminés à remonter la pente dans le quatrième match contre le Canadien.

Price et encore Price

Mais ça n’enlève absolument rien au mérite du Tricolore, au contraire. 

Après avoir vu Carey Price marcher sur les eaux lors des deux premières rencontres, ses coéquipiers ont apporté une meilleure contribution à compter de la troisième rencontre.

Ils ont fait amende honorable pour leur tenue misérable en saison régulière.

Pourront-ils continuer à profiter de cette deuxième chance qui s’offre à eux ?

Un deuxième miracle est-il dans les astres ?

Déjà qu’un, c’est beaucoup !

Tout dépendra encore de Carey Price. S’il répète les performances qu’il a offertes contre les Penguins, les Flyers risquent d’en suer un bon coup.

Son vis-à-vis, Carter Hart, semble être le gardien que Philadelphie recherchait depuis des décennies. Mais jusqu’à preuve du contraire, le Canadien a l’avantage devant le filet.

Défense mieux équilibrée

Pour ce qui est des défenseurs, le personnel des Flyers est mieux équilibré que celui du Tricolore. 

Ivan Provorov est le général du groupe. Son temps d’utilisation a dépassé 25 minutes par match lors du tournoi à la ronde qui servait à déterminer les quatre premières équipes semées pour la première ronde des séries.

Matt Niskanen a joué plus de 22 minutes, suivi de Travis Sanheim avec plus de 19 minutes, Philippe Myers avec plus de 18 minutes et Justin Braun avec plus de 18 minutes. 

Robert Hagg et Shayne Gostisbehere se sont partagé le poste de sixième défenseur. 

Du côté du CH, Shea Weber, Jeff Petry et Ben Chiarot passent le plus gros du temps de leur soirée sur la glace.

Que feront Gallagher et Tatar ?

Les Flyers sont capables d’une bonne force de frappe à l’attaque, et ce, même si Claude Giroux, Travis Konecny, Couturier, Hayes, Voracek et van Riemsdyk n’ont pas trouvé le fond du filet lors du tournoi à la ronde.

Chez le Canadien, un réveil de Brendan Gallagher, de Tomas Tatar et de Joel Armia est à espérer.

Par ailleurs, il y a lieu de s’interroger sur l’utilisation de Max Domi. S’il est un joueur qui pourrait aider à l’attaque, c’est bien lui. 

Son état de santé a-t-il quelque chose à voir avec son temps de glace réduit ?

Personne ne va nous le dire.

Enfin, on parle beaucoup de la confrontation entre le duo Vigneault-Therrien et Claude Julien.

Est-ce que ça aura une incidence sur le déroulement de la série ?

C’est sûr que les trois bonhommes veulent gagner, mais ce ne sont pas eux qui jouent.

Ce qu’il faut souhaiter par-dessus tout, c’est une série intéressante.