/sports/fighting
Navigation

La seconde chance d’Alvarez

La seconde chance d’Alvarez
Photo d'archives, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas tout le monde qui a droit à une seconde chance et boxeur Eleider Alvarez en est bien conscient. 

En août 2018, le Montréalais d’origine colombienne réalisait enfin son rêve de détenir une ceinture de champion du monde. Pour ce faire, il avait vaincu Sergey Kovalev et ainsi mis la main sur la ceinture WBO des mi-lourds. Six mois plus tard, Kovalev reprenait son dû et tout était à refaire pour le pugiliste du Groupe Yvon Michel.

Le 22 août, à Las Vegas, Alvarez (25-1-0, 13 K.-O.) fera face à un premier gros défi dans sa quête d'un deuxième sacre. Il y affrontera l’Américain Joe Smith fils (25-3-0, 20 K.-0.) lors d’un duel éliminatoire. Le gagnant de ce combat se mesurera ensuite au vainqueur d’un choc entre les Russes Umar Salamov et Maxim Vlasov pour le titre vacant de la WBO.

«C’est une grosse opportunité pour lui, a indiqué l’entraîneur d’Alvarez, Marc Ramsay, lors d’une vidéoconférence tenue jeudi matin. Nous le motivions en lui rappelant qu’il a la chance de devenir champion du monde pour la deuxième fois.»

Le boxeur a bien compris le message de son «coach».

«J’ai maintenant la chance de retourner en championnat du monde pour une autre fois. C’est la chance de ma vie», a-t-il clamé.

«Créer des sourires»

À 36 ans, il s’agira probablement de la dernière chance d’Alvarez d’obtenir une prestigieuse ceinture. C’est pour des raisons bien précises que l’homme reconnu pour sa joie de vivre veut redevenir champion du monde.

«Je veux démontrer aux gens que je suis encore un boxeur au sommet. Depuis ma défaite contre Kovalev, les gens parlaient beaucoup et disaient des choses concernant des sujets qu’ils ne connaissaient pas. Ils parlaient pour rien», a-t-il dit avec sérieux.

Il y a cependant un autre élément beaucoup plus humain, qui démontre bien le type de personnalité d’Alvarez.

«Je veux retrouver les sourires, a-t-il dit. Tous les jours en Colombie, les gens me souriaient quand j’étais champion du monde. Je veux encore créer des sourires.»

Une blessure mineure

Le choc entre Alvarez et Smith fils devait initialement se tenir le 16 juillet, mais une blessure à l’épaule du boxeur de la Belle Province a nécessité un report.

«Ce n’était pas une blessure grave. Elle avait seulement besoin de repos, a expliqué Alvarez. Pour le combat contre Joe Smith, j’avais besoin d’être à 100 %.»

«Ce n’était pas majeur, a ajouté Ramsay. Dans un combat aussi important que celui de Joe Smith, c’était impossible pour nous d’envoyer Eleider Alvarez dans le ring avec une blessure, même si elle était mineure.»

Une autre preuve que le clan Alvarez ne lésine pas avec cette seconde chance.